Critique : Blood and Glass - Punk Shadows - Le Canal Auditif

Critique : Blood and Glass – Punk Shadows

La formation Blood and Glass lance le 24 mars son deuxième album intitulé Punk Shadows. La formation construite autour de la proposition de la chanteuse et musicienne Lisa Moore (ex-Creature) offre toujours un son aussi marginal et bizarroïde sur son nouvel opus. Comme pour Museum With No Walls, elle est entourée de son mari Morgan Moore (Thus:Owls, Forêt), Robbie Kuster (Patrick Watson, Black Le Gary) et Mélanie Belair.

Pour aborder Punk Shadows, Lisa Moore s’est inspirée d’un conseil de Jean Leloup : « Quand c’est le fun, c’est le fun… et quand c’est pas le fun, c’est pas bon. » Ce Punk Shadows garde une approche alternative comme Museum With No Walls. Par contre, on y trouve un peu plus de chanson qui glisse dans l’électro-pop avec des mélodies plus conventionnelles. On s’entend, ce n’est jamais vraiment totalement radiophonique, mais la chanson-titre à elle seule incorpore de beaux éléments orchestraux, des cordes efficaces et une Moore qui chante une mélodie rassembleuse.

Blood and Glass nous propose une proposition artistique en marge de ce qu’on retrouve dans la scène musicale montréalaise. Le simple Whiskey avec son chant « Bowiesque » qui verse dans un refrain dansant est très convaincant. Encore une fois, on y retrouve des sonorités qui rappellent les instruments orchestraux notamment le clavecin. La chanson représente bien Blood and Glass qui nous transporte dans une rêverie étrange où nous sommes incertains d’être à l’asile, à la fête foraine ou dans un cauchemar.

On a quelques surprises sur Punk Shadows dont la déroutante Nowheresville et ses percussions tribales et industrielles. Moore nous pousse plusieurs mélodies qui sont plus faciles à absorber sur ce deuxième album. Illusions est fédératrice. Peu importe l’habillage sonore excentrique qui l’entoure, l’air central est pop. On peut en dire autant de la sympathique Hop the Fence est ses cuivres mordants.

C’est un deuxième album tout à fait réussi pour Lisa Moore et son projet Blood and Glass. Elle nous gâte d’une proposition artistique aussi efficace qu’excentrique. C’est un univers bien construit qui lui permet d’emprunter des influences dans plusieurs genres musicaux. Le mesclun sonore est habilement balancé et le résultat très convaincant.

Ma note: 7,5/10

Blood and Glass
Punk Shadows
Simone Records
43 minutes

http://www.bloodandglass.com/

Exprimez-vous!

*