Bernard Adamus - No 2 - Le Canal Auditif

Bernard Adamus – No 2

460442329-1Il y trois ans, Bernard Adamus n’était pas très connu de la faune montréalaise et québécoise. Il y avait toujours les habitués du Quai des Brumes, du Divan Orange ou ceux qui traînaient sur Masson qui connaissaient l’homme. Depuis lors, Petite-Vallée, Grosse Boîte, les spectacles par centaines et finalement la grande scène des Francofolies; on ne peut plus dire qu’Adamus évolue incognito. On ne peut pas l’accuser d’avoir volé son succès! C’est à coup de spectacles et de kilomètres qu’il a chanté son blues folk au quatre coins de la belle province. Il revient maintenant avec son deuxième album, simplement titré No 2.

Un des aspects charmant de Brun était le son crade de l’enregistrement. Ça sonnait aussi cru et authentique que les paroles coulées dans la bière, l’amour et les virées folles. J’avais peur. J’avais peur des moyens octroyés pour l’enregistrement. J’avais peur de la pureté et de la netteté. J’avais peur que le tout ait été javellisé. Soulagé, je le fus, de me rendre compte qu’Adamus n’avait pas été nettoyé au Monsieur Net! Oubliez les odeurs de sentimentalité cheap et superficielle si courants. C’est le blues de route qui fait son chemin dans nos oreilles avec Entre ici pis chez vous. Il nous raconte le temps qui passe avec la touchante 2176 et chante l’ennui avec Les p’tits mardis: «Sti que c’est plate un p’tit mardi/ Quand tu t’astiques à tuer l’ennui.»

Canailles, les compagnons de virées d’Adamus (et de bien d’autres!) font aussi leur apparition sur l’album entres autres sur Arrange-toi avec ça, qui est non sans rappeler le rockabilly de Bloodshot Bill. Les balades ne laissent pas leur place non plus: Fulton Road et les histoires de cœurs, Le scotch goûte le vent et la solitude et Les chemins du doute et les questionnements. On retrouve avec joie aussi les cuivres, les guitares bluesy, la contrebasse et un nouveau venu, le piano.

Bref, ne craignez point! Adamus est encore loin de Céline (la chanteuse pas l’écrivain) et reste tout aussi sincère. No 2 est généralement moins énergique que Brun, on sent que la tournée a laissé sa marque avec ses bons et mauvais côtés. Une chose est sûre, Adamus sait encore écrire sans détour avec une authenticité décapante sur un blues à s’ouvrir les veines: «Laisse-la donc ouverte la porte du balcon / Pis on va faire l’amour tranquille à maison / Tes seins tellement chauds / Ton corps tellement beau / Moi, j’tais ben debout pis toi couchée sul’dos / On va s’mettre à table comme des animaux.»

Ma note : 8/10

Bernard Adamus
No 2
Grosse Boîte
39 minutes

bernardadamus.bandcamp.com

Exprimez-vous!

*