Alt-J - This Is All Yours - Le Canal Auditif

Alt-J – This Is All Yours

alt-j-this-is-all-yours-220x220Gagner le Mercury Prize change les choses. Lors de la sortie de son album précédent, An Awesome Wave, la formation anglaise Alt-J était largement méconnue en dehors des mélomanes anglais. Lorsque nous avions critiqué l’album, le groupe n’attirait pas beaucoup d’attention sur lui. Puis, il y a eu un raz-de-marée et Alt-J est devenu le «talk of the town». La formation a aussi perdu un membre en cours de route, Gwil Sainsbury (guitare et basse), mais le musicien semble avoir quitté le navire en bon terme. Enfin, deux ans, presque jour pour jour, la formation revient avec son deuxième album. Inutile de préciser que les attentes sont cette fois-ci au rendez-vous.

L’inquiétude s’est installée lors de la parution du simple Left Hand Free. Bien que la pièce soit sympathique et donne envie de taper du pied, elle ne ressemble en rien à ce que la formation faisait de si bien. En fait, ça sonnait plus comme une pâle copie des Black Keys. Le mystère autour de celle-ci s’est dissipé lors d’une entrevue accordée par le groupe. C’était une pièce écrite en réaction à l’attitude de «Cro-Magnon» des bonzes de Warner Brothers America qui trouvait que Hunger Of The Pine n’était pas un très bon simple. Le trio aurait composé Left Hand Free en vingt minutes en faisant «ultra-simple».

Bref, l’inquiétude était au rendez-vous, et ce, malgré la bonne tenue de Hunger Of The Pine et Every Other Freckle, pièces hautement intoxicantes. Alt-J en maître, dissipe toute inquiétude dès les premières notes de l’album. Si l’anxiété vous avait gagné, Intro la soufflera au large rapidement. Après quelques inflexions vocales douces, la grosse basse, comme on aime tant, fait son apparition et nous plonge dans un album qui narre, en intermittence, un voyage nippon dans la ville de Nara et une liaison amoureuse.

La formation anglaise envoie toujours des pièces aux mélodies particulièrement efficaces tout en ne sacrifiant jamais l’esthétique musicale. Every Other Freckle et la mélancolique Nara en sont de fiers représentants, mais Alt-J amène des éléments plus doux que sur An Awesome Wave. La deuxième partie de l’album, après Garden Of England, est particulièrement mollo. Ce qui n’est pas déplaisant, au contraire, car le trio construit à merveille ses petites montées et offre des textures riches et travaillées.

Le groupe se permet aussi de faire une baignade dans une oasis folk avec Warm Foothills, un des meilleurs coups de la bande, alors que la voix de Newman se fait répondre par celle de Conor Oberst, Lianne La Havas, Marika Hackman et Sivu. Une deuxième moitié d’album qui s’étire un peu trop, mais qui demeure quand même très agréable pour les tympans.

Si comme moi, vous vous inquiétiez qu’Alt-J abandonne leur style particulier sous la pression de leur nouvelle célébrité, vous serez rassuré avec This Is All Yours. Un deuxième opus de qualité pour le trio anglais qui prouve qu’il était plus qu’un buzz, plus qu’une simple vague.

Ma note: 7,5/10

Alt-J
This Is All Yours
Warner Music
65 minutes

//www.altjband.com

Exprimez-vous!

*