Critiques

We Are Wolves

La Mort Pop Club

  • Dare To Care Records
  • 2013
  • 35 minutes
6,5

48690-300cMardi dernier, le trio montréalais reconnu internationalement, We Are Wolves, débarquait avec un quatrième album titré La Mort Pop Club. Formé en 2000, autour d’Alexander Ortiz (voix, guitare, basse), de Vincent Lévesque (claviers, voix) et d’Antonin Marquis, remplacé par Pierre-Luc Bégin (percussions, voix), We Are Wolves crée une musique qui amalgame des éléments de punk et de rock, le tout appuyé par des boîtes à rythmes, des claviers et autres bidouillages électroniques divers. We Are Wolves est une formation fortement influencée par les arts visuels, puisque certains membres ont fréquenté cette faculté à l’université Concordia. À n’en pas douter, We Are Wolves est un groupe à voir en concert!

Après l’excellent Invisible Violence paru en 2009, à quoi pouvait-on s’attendre de la part de We Are Wolves? En premier lieu, La Mort Pop Club fait office d’album concept gravitant autour de la mort, du paranormal et de l’occultisme; ce qui confère à la création une atmosphère sinistre et moins jubilatoire que le précédent effort. Le punk juvénile, qui prenait une part importante dans la palette sonore de We Are Wolves, s’efface quelque peu afin de faire place à des ambiances electro-rock aux accents bleusy. Une offrande mélodiquement plus accessible que tout ce qu’ils ont élaboré jusqu’à présent.

Avons-nous affectionné ce disque? Oui, mais avec quelques bémols. Au fil des auditions, nous avons recherché la ou les ritournelles qui auraient pu pousser cette élaboration sonore à un niveau supérieur… en vain. Par conséquent, point de Paloma ou encore de Coconut Night au menu. D’autre part, nous avons eu l’affligeante impression d’assister à l’essoufflement d’une recette musicale qui s’était avérée fort efficace au cours des dernières années. Une linéarité générale se dégage de la plupart des compositions offertes. Peu de moments concrètement festifs ou d’explosions sonores punkisants surgissent de ce disque.

Malgré ces quelques écarts, ce La Mort Pop Club tient correctement la route. Quelques morceaux ont retenu notre attention: le riff stoner de As The Moon Sets, la fédératrice We Are Made Of Fire (Sisyphus), la dynamique Moving Fast, la très Jesus And Mary Chain titrée Voices et la conclusive Sudden Little Death… mais rien qui permet à l’auteur de ces lignes d’être véritablement exalté par cette offrande!

Si le son de We Are Wolves pouvait autrefois se relier à celui de Death From Above 1979, ici, nous avons affaire à une oeuvre se rapprochant beaucoup plus de l’univers musical offert par Galaxie. Plus blues/stoner, moins punk, plus intelligible, moins éclaté, ce La Mort Pop Club est un opus somme toute satisfaisant, qui cependant, envoie un signal clair: We Are Wolves devra métamorphoser sa facture sonore lors du prochain épisode à venir. Un essai honnête!

Ma note : 6,5/10

We Are Wolves
La Mort Pop Club
Dare To Care Records
35 minutes

www.wearewolves.net

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.