Critiques

Torres

Torres

  • Indépendant
  • 2013
  • 52 minutes
7

TORRES1Graduée de l’Université Belmont en écriture chansonnière, la songwriter Mackenzie Scott, âgée de 22 ans seulement (originaire de Nashville, Tennessee), présentait sa première offrande en début d’année. Parue sous le pseudonyme de Torres, la musique créée par Scott évoque un savant alliage de PJ Harvey et Sharon Van Etten, comme si Feist se mettait en colère! Voilà une conception sonore qui est complètement passée sous les radars du Canal Auditif… et nous nous en excusons sincèrement.

Pourquoi ces excuses? Et bien, ce jet initial de Torres constitue un excellent démarrage, car il faut convenir qu’il est bien ardu de faire sa marque dans cette catégorie musicale déjà bien garnie d’importantes pointures. En effet, la jeune dame se hisse discrètement à la même hauteur que ses consoeurs oeuvrant dans cette sphère sonore. Elle nous offre un album détenant un fort ascendant folk rock, meublé de chansons épurées dans lesquelles la jeune dame s’accompagne souvent d’une simple guitare électrique. À d’autres occasions, la musicienne est accompagnée d’un solide groupe qui durcit l’approche préconisée.

La principale caractéristique de cette sitedemo.cauction? Un disque qui laisse une agréable impression de totale maîtrise et pour une première projection, Mackenzie Scott ne laisse vraiment pas indifférent. Douée, naturelle, Torres aborde de front et sans complaisance, le thème complexe de l’humiliation vécue dans les relations amoureuses. Le ton est distinct; le talent irréfutable.

Les morceaux colligés sur cet album ont été majoritairement enregistrés en une seule prise (autant en compagnie du groupe qu’en mode individuel) ce qui vient rehausser sensiblement la détresse éloquemment exprimée par Torres et que l’on ressent sérieusement à l’écoute de cette création. Scott démontre hors de tout doute une maturité musicale exemplaire, et par-dessus tout, une solide mainmise sur cette mixture tension/décontraction qui tonifie cet opus; les pièces oscillant sans cesse entre intensité, intimité, colère et lucidité.

Parmi les ritournelles qui amalgament les quatre qualificatifs énumérés précédemment, nous avons noté la prenante Honey, la clairvoyante Jealousy And I dans laquelle Torres s’exprime sans complaisance: «Jealousy, it’s me sometimes/ But I don’t mind./ No, I don’t mind/ ‘Cause Jealousy and I/ We’re true of a kind.», la quasi country-rock titrée When Winter’s Over, la conclusion qui voit rouge dans Moon & Back, la très Feist nommée Don’t Run Away, Emilie, la folk Come To Terms de même que la vaporeuse/émouvante Waterfall.

Franchement, voilà une délicieuse découverte qui laisse présager que le meilleur est à venir en ce qui concerne cette auteure-compositrice-interprète de grand talent. Si vous affectionnez l’univers de Feist, PJ Harvey et Sharon Van Etten, ce Torres viendra se joindre aisément aux côtés de ces grandes demoiselles de la chanson conjuguée au féminin. Absolument réussi!

Ma note : 7/10

Torres
Torres
Indépendant
52 minutes

torrestorrestorres.com

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=NISMOpGrNpk[/youtube]