Critiques

TOPS

I Feel Alive

  • Arbutus Records
  • 2020
  • 35 minutes
6,5

Écouter un album du quatuor montréalais pop déjanté TOPS peut faire sentir l’auditeur comme un chien à qui on lance la balle. On se fait lancer la même balle à répétition, mais on se retrouve, malgré tout, à prendre malin plaisir à la recevoir. Le nouveau projet, I Feel Alive, n’est pas très différent de ce que TOPS nous offrait avec Picture You Staring et Sugar at the Gate. Il faut toutefois dire que la recette est savoureuse et à nouveau réussie. 

La recette, c’est quoi? On saupoudre une dizaine de chansons avec des synthétiseurs éclatés et kitsch, on parsème de multiples ostinatos de guitare surf rock entraînant, on ajoute au mélange la voix lustrée et ambiante que détient Jane Penny, le tout sur un tempo simple et rapide à la batterie et voilà que le tour est joué. Certes, ça paraît simple comme recette, mais c’est ce qui fait en sorte que TOPS se démarque du reste de la masse d’artistes pop, c’est l’attention du détail et l’efficacité des mélodies qu’ils mettent de l’avant. 

C’est peut-être justement cette minutie qui s’avère être un couteau à double tranchant pour la troupe locale. Contrairement à l’obsession des détails qu’on peut retrouver chez des artistes comme Bon Iver et Grizzly Bear, sur des albums conceptuels complexes où les détails sont abondants, il n’y a pas énormément de détails à perfectionner dans le cas de TOPS qui utilise une structure assez répétitive. On sent parfois que les mélodies sont trop léchées et travaillées qu’elles en deviennent évidentes et faciles à tenir pour acquises. Le résultat : un album très efficace qui vous fera sans doute bouger la tête dans tous les sens, mais un album éphémère duquel vous allez peut-être vous lasser d’écouter rapidement. Le genre de disque dont on conclut l’écoute en disant simplement : « ouin, c’était bon »… et puis, c’est tout. 

Il n’y a vraiment pas que du mauvais à retirer du travail proposé par Jane Penny et sa bande. Les mélodies fraîches et dansantes de Pirouette et Colder & Closer vous feront sûrement enchaîner quelques pas de danses sans même que vous vous en rendiez compte. Sur la pièce Direct Sunlight, l’utilisation de la flûte est vachement à point et vient mettre une touche de diversité sur les instruments qu’utilise habituellement le quatuor. Les morceaux Take Down et Too Much sont d’un tempo beaucoup plus lent où les mélodies prennent le temps de respirer. 

I Feel Alive est un amalgame, un mélange d’éléments hétérogènes. Il serait franchement possible d’écouter l’album en disposant des chansons aléatoirement et en retirer la même appréciation que si l’écoute se faisait selon l’ordre proposé. La bonne nouvelle, c’est que pour le qualifier d’amalgame, il faut mentionner qu’il présente des éléments hétérogènes qui font du mélange, un mélange qui fonctionne. I Feel Alive, c’est un bon digestif, mais un digestif, c’est rare qu’on en prenne plus d’un.