Critiques

The Shouting Matches

Grownass Man

  • Middle West Records
  • 2013
  • 35 minutes
7

91852866Notre programme musical numérisé – pour ne pas dire notre iTunes – catégorise comme étant du « blues » le premier disque du groupe The Shouting Matches, Grownass Man, sorti ce mois-ci. On est d’accord, mais en même temps… Ce n’est tout de même pas au Bar à Jojo sur Saint-Denis que l’on pense quand on l’écoute!

Vrai que ça respire la pedal steel, l’harmonica, l’orgue et le petit solo de guitare strident sur pratiquement l’ensemble de la dizaine de pièces. Vrai qu’il y a cette ambiance de fond de bar misérable (sur Three Dollar Bill, notamment) où la fumée, opaque et bleue, cache les musiciens alors que les serveuses font le service aux tables. Vrai que les textes parlent de peines d’amour et de gars qui cherchent la rédemption dans les bras d’une femme.

Il y a de tout ça dans la musique de The Shouting Matches. Mais il y a plus. Beaucoup plus. C’est que, voyez vous – et excusez-nous de ne pas vous l’avoir mentionné plus tôt – ce petit trio de musiciens est mené par nul autre que Justin Vernon. Oui, oui, celui que l’on connaît mieux sous le nom de son autre groupe, Bon Iver.

Entouré de ses vieux amis Phil Cook et Brian Moen, avec qui il faisait justement de la musique avant de devenir le préféré et le protégé des amateurs de musique folk américaine, mister Vernon donne ici dans le bluegrass. Il met également au rencart sa voix aiguë avec laquelle il s’est fait connaître, donnant plutôt dans la chaude et basse harmonie vocale, ce qui s’agence à merveille avec le style musical préconisé sur ce disque.

Au fil des écoutes de ce Grownass Man, on y sent de nombreuses influences. Lenny Kravitz, The Black Keys, Tom Petty, Bob Dylan, Grateful Dead

Mais au final, c’est à Wilco que l’on pense. Pas d’autre choix : la pièce Gallup, NM se veut un véritable hommage – ou plutôt une copie? – du style préconisé par le groupe de Chicago. Même tempo du clavier, même ligne de guitare, même genre de refrain et surtout, surtout, même solo au centre de la composition. C’est à se demander si Jeff Tweedy ou le guitariste Nels Cline n’ont pas fait incursion dans le studio lors de l’enregistrement!

Au final, ce Grownass Man ne sera pas l’album de l’année, mais il aura au moins le mérite de nous démontrer que Justin Vernon, c’est bien plus que du Bon Iver.

Ma note : 7/10

The Shouting Matches
Grownass Man
Middle West Records
35 minutes

www.theshoutingmatches.com

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WBnpCR2Hm_E [/youtube]