Critiques

The OBGMs

The Ends

  • Black Box Recordings
  • 2020
  • 23 minutes
7

Il s’est écoulé pas mal de temps entre le premier album du groupe de punk rock torontois The OBGMs et The Ends. 6 ans pour être plus exact. La formule du groupe a légèrement changé puisqu’il est passé d’un quatuor à un trio. S’il a perdu les synthétiseurs qui coloraient les trames, les trois membres se sont retranchés sur ce qu’ils font très bien : livrer de gros riffs punk rock.

On découvre aussi sur The Ends le talent de mélodiste de Densil McFarlane qui a beaucoup plus de contrôle sur sa voix cette fois-ci. Le grand changement est la perte du dynamisme un peu fou qu’amenaient les claviers dans la version ultérieure du groupe, mais The Ends réussit à nous faire oublier le tout.

On reconnaît encore le passé de rap de McFarlane qui continue de colorer sa façon d’approcher le micro. Fight Song est peut-être le meilleur exemple de ce penchant pour un débit qui se rapproche de la parole sans y aller complètement. Le tout est entouré d’une bonne dose de rugosité comme sait le faire The OBGMs.

Ce n’est pas le seul bon moment du groupe. Karen O’s, une référence à la chanteuse des Yeah Yeah Yeahs, frappe aussi la cible, tout comme la semi-psychédélique Outsah. Les riffs et l’attaque agressive au micro qu’on retrouve sur Cash sont particulièrement convaincants. La section rythmique d’ailleurs est impeccable sur ce The Ends.

On remarque que le son de Toronto est très présent. All My Friends est une pièce qui aurait pu être écrite et livrée par PUP sans problème. Est-ce que ça agace? Un peu, mais pas trop. Il faut dire que ce n’est pas une formule révolutionnaire, mais la mélodie vocale est franchement calquée sur le groupe torontois. C’est sensiblement la même chose qui se produit sur to death.

The OBGMs offre un solide album de punk rock canadien avec The Ends. Si vous ne connaissez pas encore le groupe, c’est une belle découverte à faire. Vous allez avoir beaucoup de plaisir avec le trio torontois. Vivement le retour des spectacles pour voir ces bêtes de scène en personne.