Critiques

The Electric Soft Parade

Idiots

  • Helium Records
  • 2013
  • 40 minutes
5

the-electric-soft-parade-idiots-620x620Une attente de six ans sépare la sortie de ce nouvel album de l’opus précédent du petit groupe anglais. Six longues années qui auraient pu permettre aux frères Alex et Tom White, les deux leaders de la formation, de s’enfermer derrières les portes closes d’un studio majeur, de s’entourer des meilleurs réalisateurs disponibles et de nous pondre un chef-d’œuvre indie pop qui aurait fait passer le travail des frères Gallagher non pas pour une Oasis de bonne musique beatlesque, mais bien pour une première partie somme toute digestive avant le plat de résistance concocté quelques années plus tard dans les fourneaux de The Electric Soft Parade.

Malheureusement, et malgré un vaste espace-temps, les frérots musiciens n’ont pas su bien faire le travail. Résultat: ce Idiots ne remplit pas les promesses, s’essouffle avant même la première envolée et tombe à plat plus d’une fois (la chanson Mr. Mitchell en est un parfait exemple: après une intro singulièrement rythmée et saccadée, le refrain, le chœur et la guitare, tous mal exploités, viennent tuer notre intérêt).

L’essence même de la ritournelle pop-rock est respectée sur la plupart des compositions, mais aucune d’entre elles ne semblent profiter d’un enthousiasme qui aurait pu faire frétiller nos tympans. Et si certaines ne sont tout de même pas si vilaines (Summertime in My Heart, Lily), l’écoute répétée de l’ensemble finit par nous décevoir.

Comment comprendre le manque d’inspiration et d’originalité chez les frères White, alors que toute la matière à modeler était à portée de main? Chicane devant les tribunaux avec un autre groupe pour le nom de la formation; nomination au Mercury Music Prize, puis signature avec un distributeur majeur (Sony BMG) avant que celui-ci ne laisse tomber le groupe quelques mois plus tard; longue traversée du désert avant de pouvoir entrer en studio pour enregistrer un nouvel album… Tout cela est inspirant, non ?

À l’écoute de plusieurs pièces de ce disque, on se doit également de jeter une bonne part du blâme sur les réalisateurs Chris Hughes et Mark Frith, qui ont tourné les coins ronds. Inexcusable de ne pas avoir repris le refrain de la chanson The Corner Of Highdown And Montefiore. Lorsqu’un chanteur fausse à ce point, on ne dit pas: «Good job, Tom!». Non. On recommence.

Ma note : 5/10

The Electric Soft Parade
Idiots
Helium Records
40 minutes

electricsoftparade.co.uk/

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=J9rAn8n5CX4 [/youtube]