Critiques

The Celestics

Supreme Laziness

  • Huh What & Where Records
  • 2014
  • 43 minutes
7

500_1400606761_artworks_000079917667_rhsfwu_t500x500_29The Celestics est un duo de la Rive-Sud de Montréal: Louis-Philippe (un prénom qui témoigne d’un haut quotient intellectuel, je dis ça de même…) et Kevin Celestin, l’alliage de deux frères qui poussent leur relation plus loin en composant ensemble. Il faut dire que le deuxième n’est nul autre que Kaytranada qui commence à faire sa marque à l’international. Après avoir collaboré avec des artistes locaux (Alaclair Ensemble, Robert Nelson), il a transporté son savoir-faire à l’étranger. Il a collaboré avec Mobb Deep et Vic Mensa sans compter qu’il fait maintenant partie de la famille Bromance, la maison de Gesaffelstein, Brodinski, Sam Tiba et Danny Brown.

Bref, les deux frères qui proviennent du «sud sale» se lancent avec leur premier album. En comptant sur Kaytranada à la sitedemo.cauction, il aurait été surprenant de se retrouver devant une galette de qualité douteuse. Lazy Supremacy offre un rythme des plus intéressants avec ses nombreuses couches superposées qui se répondent les unes aux autres pour donner une trame riche et accrocheuse. Le duo offre aussi des pièces plus énergiques; Kill en tête de peloton. Celle-ci et son excellente partition de batterie, alliée aux sonorités «old school» donne un excellent résultat.

De son côté, Louie P offre un «flow» intéressant, varié et riche. Funeral le démontre alors que notre homme se permet des syncopes, des accélérations et autres variations qui sont exécutées avec aplomb. Celui-ci montre aussi qu’il sait pondre des paroles imagées et intelligentes avec Charles Barkley mélangeant avec adresse les références. On peut dire la même chose de The Man qui narre la vie moins lustrée des milieux pauvres.

Par contre, le niveau des textes est inconstant sur Supreme Laziness. Autant certaines pièces impressionnent par des paroles bien tournées, autant certains vers laissent franchement de marbre. De plus, on comprend rapidement au fil des écoutes que Louie P est un Québécois par son accent prononcé. Le créateur sonne parfois très québécois et parfois totalement bilingue ce qui laisse une impression d’inconstance assez dérangeante. À certains moments (Old News par exemple) ça crève les oreilles qu’on entend un québécois qui rappe en anglais.

N’en demeure pas moins que Supreme Laziness est un album fort appréciable. Les deux frères font la démonstration qu’ils sont habiles et astucieux. Alors que Kaytranada a déjà de l’espace sous les projecteurs, Louie P devrait y trouver lui aussi un peu de luminosité dans le futur. Un album qui démontre encore une fois le talent de compositeur de Kevin Celestin.

Ma note: 7/10

The Celestics
Supreme Laziness
Huh What & Where Records
43 minutes

www.facebook.com/TheCelestics

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.