Critiques

Taylor Swift

Lover

  • Universal
  • 2019
  • 60 minutes
4

On la connaît. Celle qui avait sorti ses serpents noirâtres sur son dernier album Reputation ! Voilà que la vedette internationale, Taylor Swift (Taytay), nous revient avec un tout nouveau disque titré Lover. La blonde nous chante des sérénades donnant les bons côtés de l’amour et de l’affirmation de soi. Mais… justement. Ces chansons sont-elles si bonnes que ça?

Ma réponse: « oh hell no ». Blondinette nous arrive avec un disque plate, les amis. On revient à la source. « Cet album est vraiment une célébration de l’amour dans toute sa complexité, son confort et son chaos », a tweeté l’artiste au moment de la sortie de l’album. Oui, peut-être… mais honnêtement, la majorité des titres sont soporifiques. On flâne avec la quétainerie et c’est dommage que Taytay s’use à force de s’imprégner de cette pop lourde manquante de sens. Sur I Think He Knows, la chanteuse s’amuse avec l’électro pour donner un peu de pep à cet album et ça ne marche pas. C’est du déjà vu. Sur Miss Americana & The Heartbreak Prince, Swift chante les déceptions de ses États-Unis sous le règne de Trump. La volonté était intéressante de faire du pouce sur la situation actuelle politique, mais c’est mou dans l’ensemble, comme ça ne se peut pas. Les arrangements électroniques volent bas.

“American stories, burning before me

I’m feeling helpless, the damsels are depressed

Boys will be boys then

Where are the wise men? Darling, I’m scared”

Miss Americana & The Heartbreak Prince

Pire encore, sur Paper Rings, on assiste à une sorte de résurrection d’Hannah Montana en mode rapido. La voix de Swift s’effiloche à la vitesse de l’éclair sur ce titre rose bonbon. Même chose sur London Boy où la chanteuse américaine se transforme en guide touristique où chaque strophe louange sa relation actuelle avec l’Angleterre et un certain Anglais nommé Joe Alwyn. Mais ça, cette histoire, c’est pour le star système.

Quoi qu’il en soit, Taytay va continuer à vendre des disques. Mais vous, honnêtement, lecteurs du Canal Auditif, vous pouvez passer à un autre appel, merci.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.