Critiques

Suuns

Felt

  • Secret City Records / Secretly Canadian
  • 2018
  • 47 minutes
7

C’est assurément l’une des sorties les plus attendues de ce début d’année : Felt, quatrième album de la formation montréalaise Suuns. Le quatuor avait précédemment surpris avec un Hold/Still plus difficile à pénétrer qu’Images du Futur paru en 2013. Pour ce nouvel opus, ils ont décidé de travailler de nouveau avec John Congleton à la réalisation entre les murs du studio Breakglass, repère du savant Jace Lasek des Besnard Lakes.

Ben Shemie avoue candidement qu’il s’agit d’un disque plus décontracté que le précédent et sur ça, il a entièrement raison. Felt ne possède que peu de moments dynamiques. Généralement, c’est un rock plus léger qui s’entend. Ce n’est pas pour autant nonchalant et les guitares sont toujours capables d’aller chercher un peu de noise pour colorer leur art rock électronique. C’est aussi un album beaucoup plus facile d’approche qu’Hold/Still qui était hermétique et froid. Le cynisme qui habitait la galette précédente s’est aussi évaporé pour laisser place à une certaine chaleur. En tout cas, aussi chaud peuvent devenir les rapports entre Suuns et l’auditeur.

L’un des simples parus avant la sortie de l’album, Watch You, Watch Me est un peu trompeur dans le son. Si Suuns semble décontracté sur cette pièce, on y retrouve tout de même un dynamisme entrainant et du grésillement dans les guitares qui sont très peu présents sur le reste de Felt. Make It Real, l’autre simple paru, est beaucoup plus représentatif de l’atmosphère de l’album. Même si la nervosité a été mise de côté, le groupe n’en devient pas moins relax. Les progressions d’accords sont franchement réussies et le groove de la chanson est contagieux. Ben Shemie donne l’impression d’une force tranquille.

Look No Further qui ouvre l’album attaque à coup de rythmes légèrement syncopés, d’un riff de guitare particulier et de Shemie qui chante avec un léger filtre qui le gonfle et le monte dans l’atmosphère. On nous rejoue le coup sur Peace and Love. C’est peut-être le principal défaut de Felt. Il est un peu trop décontracté. Les chansons prises individuellement sont efficaces, mais l’ensemble donne une impression d’un relâchement comme si la pâte ne levait pas. Les quelques moments d’énervements font du bien et injectent de l’air dans une suite de chansons un peu trop éthérée.

Ce n’est tout de même pas raté pour Suuns qui offre un autre album de qualité soutenu par une direction claire. Felt est homogène, les pièces, même lorsqu’elles changent de ton, ne détonnent pas de l’ensemble. C’est un album qui s’écoute facilement, peut-être même un peu trop. On reste en attente d’une surprise qui déstabilise et qui ne vient jamais. La pochette de l’album montre un ballon gonflé à l’hélium et Shemie a parlé de cette tension proche de l’éclatement, peut-être qu’une explosion ou deux aurait bonifié Felt. Cependant, Suuns reste un groupe qui offre de l’art rock de qualité et Felt n’y fait pas exception. On ne pourra certainement pas leur reprocher de tourner en rond.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.