Critiques

Smith Westerns

Soft Will

  • Mom + Pop Music
  • 2013
  • 39 minutes
7

smith-westerns-soft-will-678x678Originaire de Chicago, la jeune formation Smith Westerns lance aujourd’hui même son troisième opus titré Soft Will. Le précédent effort des jeunots, Dye It Blonde, avait connu un certain succès autant auprès des mélomanes que des médias branchés. Smith Westerns propose un rock qui puise ses ascendants parmi des bonzes musicaux tels que David Bowie, Marc Bolan et Jarvis Cocker. Est-ce que la bande aux frangins Omori répète l’exploit?

Enregistré au Sonic Ranch Studios situé à El Paso dans l’état du Texas, ce Soft Will est beaucoup plus soigné, lisse, engourdi et doux que toutes les tentatives antérieures du groupe. Les accroches guitaristiques sont toujours marquées du sceau de Marc Bolan et les mélodies juvéniles sont invariablement opérantes, à la différence que les claviers eighties prennent largement plus de place dans l’esthétique sonore prescrite par Smith Westerns. De plus, la réalisation plus limpide amène le son d’ensemble à évoquer beaucoup plus Real Estate que T-Rex.

Rien de bien dommageable, sauf que la maturité conquise se manifeste parfois au détriment d’une énergie et d’une insouciance qui avait son indéniable charme; et ça se ressent passablement dans l’interprétation du chanteur/guitariste Cullen Omori. En effet, Omori chante définitivement mieux qu’auparavant (ce qui ne devrait pas nuire en concert!), mais l’interprétation offerte sur ce Soft Will semble un peu trop en retenue et en douceur.

Même si on assiste au nettoyage de l’aura psychédélique/glam-rock que le groupe préconisait, ce disque demeure solide malgré tout; surtout au niveau du songwriting. Qu’on apprécie ou pas le genre musical offert par Smith Westerns, ces musiciens dans la force de l’âge maîtrisent la composition rock du bout des ongles, ce qui permet à cette parution de captiver adéquatement l’attention.

Par conséquent, cet album renferme dix morceaux de qualité et parmi ceux-ci nous avons remarqué la très The Only Ones/T-Rex nommée Glossed, la très Pink Floyd XXIII, le petit penchant R.E.M dans Fool Proof, la beatlesque à la Lennon intitulée White Oath, la pop au tempo modéré Best Friends, le fox-trot mélancolique Cheer Up et la très rock 80 Varsity.

Au final, ce Soft Will est une galette fort valable pour tout amateur de pop-rock qui affectionne les visites au musée tout en appréciant les effluves de modernité qui apparaissent sporadiquement tout au long de l’écoute. Une conception sonore qui demandera quelques écoutes afin d’en apprécier toute la substance. Sans nous refaire le coup de Dye It Blonde, Smith Westerns font la preuve qu’ils sont bien vivants, créatifs et que nous devrons compter sur eux pour encore quelques années à venir. Un passage à l’âge adulte réussi!

Ma note : 7/10

Smith Westerns
Soft Will
Mom + Pop
39 minutes

www.smithwesternsmusic.com

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.