Critiques

Rouge Pompier

Chevy Chase

  • Slam Disques
  • 2016
  • 37 minutes
7

Rouge PompierLe duo punk rock-grunge, formé de Jessy Fuchs et Alexandre Portelance, nommé Rouge Pompier, proposait récemment une deuxième parution intitulée Chevy Chase. Le tandem a de la suite dans les idées puisque le premier effort s’intitulait Kevin Bacon (2012). Pour l’élaboration de ce disque, Portelance et Fuchs ont enregistré pas moins de 45 démos qu’ils ont proposés à différents groupes d’écoutes et ce sont les 13 meilleures chansons qui sont révélées sur Chevy Chase.

Pas de doute, Rouge Pompier maîtrise le genre à la perfection. Les guitares sont lourdes et sales, le travail de Portelance à la batterie est digne d’un métronome, les pièces rock vont droit au but, sans aucune fioriture, les mélodies sont rassembleuses, sans être racoleuses. Et c’est la voix parfaitement approximative de Fuchs qui crédibilise ces refrains fédérateurs. Un chanteur plus doué aurait gâché le plaisir.

Quand Rouge Pompier brasse la barque, ils n’ont rien à envier à personne. L’extrait punk Autobus, le rock «grungisant» Même si tu frottes, la locomotive VHS, le petit penchant hardcore entendu dans Chat, la puissante Bye, à demain de même que le stoner rock Ta peau, tu la brûles représentent les moments forts de ce Chevy Chase. Néanmoins, mon appréciation de ce disque aurait pu se bonifier quelque peu, n’eût été ces moments humoristiques et cette imbuvable ballade pianistique titrée Lois Lane.

OK. Chers rockeurs kebs, il est grand temps de mettre fin à ces digressions burlesques qui affligent le rock bien de chez nous. On a fait grandement le tour de cette recette éculée. Assumez que vous faites du rock décapant et laissez le soin aux humoristes de nous faire rire (quoique…). Faites un peu comme Fred Fortin sur Ultramarr. Si vous utilisez l’humour, soyez subtils et astucieux. Honnêtement, j’aurais pu aisément me passer des Oudepelaille, Red Hot Chili Pompier, et autres cabotinages superflus…

Autre bémol. La furie et la lourdeur qui dynamisent l’audition, au début de ce Chevy Chase, font place à une certaine mollesse en milieu de parcours. Bien franchement, Rouge Pompier est à son meilleur quand il joue son rock la pédale enfoncée dans le plancher. Cela dit, les brûlots abrasifs viennent largement compenser ces petites imperfections et Fuchs chante comme un Vincent Peake (Groovy Aardvark, Floating Widget, GrimSkunk) exalté.

Un bon disque de la part de Rouge Pompier qui aurait pu être de qualité supérieure si la paire avait su éviter les pièges habituels (énumérés dans le texte) qui accablent souvent les groupes rock québécois. Moins d’humour, absence de ballade mièvre et un rock assumé à 100%, matraqué à fond la caisse et le tour est joué. C’est d’la maudite bonne job quand même!

Ma note: 7/10

Rouge Pompier
Chevy Chase
Slam Disques
37 minutes

https://www.facebook.com/rougepompier

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.