Critiques

Pond

Hobo Rocket

  • Modular Recordings
  • 2013
  • 34 minutes
7

CS494272-01A-BIGAdeptes de Tame Impala? À vos écouteurs et ça presse! En effet, le sextuor originaire de Perth, formé en 2008, nommé Pond, lançait récemment son cinquième album (un sixième est à prévoir d’ici la fin de 2013) titré Hobo Rocket. En plus de Kevin Parker, Jay Watson et Nick Allbrook (tous membres actifs de Tame Impala), la formation est complétée par Cam Avery, Joseph Ryan et Jamie Terry. Vous vous en doutez assurément, mais Pond crée un rock psychédélique qui puise ses ascendants chez les grandes pointures qui ont domestiqué le genre dans les années 60 et 70; une mixture persuasive de Led Zeppelin, The Flaming Lips, Pink Floyd, The Brian Jonestown Massacre et autres consorts de ce genre musical.

En 2012, nos rockers Australiens avaient fait paraître le très prisé Beards, Wives, Denim. Est-ce que ce Hobo Rocket tient solidement la route? Sans aucun doute! Ce projet supersonique, qui modernise avec exubérance ce genre passablement éculé, est une réussite absolue. Moins pop et beaucoup plus abrasif que Tame Impala, tout en demeurant intelligible, ce Hobo Rocket fera grandement plaisir aux amateurs de rock corpulent et narcotique.

Des morceaux d’une puissance sonore inégalée, des structures chansonnières subtilement déconstruites, des riffs assassins, une folie musicale qui fait franchement plaisir à entendre, Pond maîtrise à la perfection ce «heavy-space-rock» un brin anachronique. Ces jeunes musiciens sont tout simplement des maîtres de ce style musical et malgré la similitude criante avec les formations énumérées précédemment, les Australiens font drôlement bien sonner leur rock.

Que dire de la réalisation? Elle est explosive, vivante et accidentée par moments, ce qui stimule l’écoute de ce Hobo Rocket, puisqu’à chacune des auditions, on y découvre de nouvelles textures sonores. L’exécution? Elle est sans failles et sans reproches. Ces instrumentistes détiennent une virtuosité parfaitement dédiée aux compositions; et le contraire survient si souvent…

Ça démarre en trombe avec Whatever Happened To The Million Collide (caractérisé par ce court riff de guitare qui fait irruption combiné à ce cri primal à l’arrière-plan) suivi du refrain rock matraque de Xan Man et de la surf-pop sobrement Flaming Lips titré Oh Dharma (changement de tempo et d’ambiance sublimes en plein milieu du morceau). Ça se poursuit persuasivement avec la lourde et étrange Alone A Flame A Flower (qui se métamorphose en un jouissif riff zeppelinien) et la quasi White Stripes intitulé Giant Tortoise. Ça se conclut avec la groovy Hobo Rocket (qui fait quelque peu penser à Julian Cope) et l’anesthésique Midnight Mass (At The Market St. Payphone).

Hobo Rocket est un dépoussiérage splendide, mais surtout une remarquable célébration de tout ce que cette catégorie musicale a pu offrir au cours des quarante dernières années. Pour ceux qui ont des réserves sur le petit penchant pop que peut parfois nous servir Tame Impala, nous leur conseillons d’aller faire un petit tour dans l’univers pas mal plus corrosif de Pond. Vous ne serez pas déçus!

Ma note : 7/10

Pond
Hobo Rocket
Modular Recordings
34 minutes

pondband.com

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=rSFsYvvSXqc[/youtube]