Critiques

Mike Krol

Turkey

  • Merge Records
  • 2015
  • 19 minutes
6,5

Mike KrolCe designer graphique, originaire de la «trépidante» ville de Milwaukee, Wisconsin, a déménagé ses petits à Los Angeles, Californie, afin de s’immerger dans un environnement plus stimulant et créatif que la ville abritant les Brewers et Violent Femmes. Mike Krol a deux albums au compteur tous parus sous la maison de disques Counter Counter Culture: I Hate Jazz (2011) et Trust Fund (2014). Ce Turkey est le premier à paraître sous Merge Records… c’est donc dire que le bonhomme possède une certaine crédibilité.

Bon. Réglons tout de suite une chose. Krol gagne sa vie en tant que designer graphique et la musique lui sert simplement de hobby payant, lui permettant (en plus d’arrondir ses fins de mois) d’exprimer son sarcasme humoristique quant à la vie de banlieue, faussement parfaite, qui cache bien souvent son lot de perversité… Sur ce point, on vous conseille Happiness du cinglant cinéaste Todd Solondz; un portait décapant des villes-dortoirs états-uniennes où règnent superficialité et hypocrisie.

Cela dit, si vous aimez le punk, le rock «weezer-esque», l’esthétique lo-fi et l’humour mordant, vous saurez apprécier ce Turkey. Il y quelque chose de réjouissant chez Mike Krol, particulièrement dans ce refus obstiné de se prendre au sérieux, se comportant comme un véritable «adulescent», contestant à sa façon les conventions de la vie adulte. Au menu? Une voix nasillarde trafiquée (et délicieusement fausse par moments), des guitares décapantes, des mélodies juvéniles/fédératrices, quelques claviers dissonants et du gros fun sale pour l’amateur de rock qui a simplement envie de passer un court moment divertissant (neuf chansons balancées en dix-neuf minutes).

Bien entendu, on fera trois petits tours et on ne reviendra que très rarement sur cette sitedemo.cauction, mais dans la catégorie «plaisir punk rock coupable», ça fait drôlement bien le travail. Ça ne passera clairement pas à l’histoire, mais le rock insouciant sitedemo.caigué par Krol a quelque chose de rassurant quant à ce que devrait parfois être (mais pas toujours) l’essence même du rock ‘n roll… un art minimaliste, pas compliqué et qui ne se prend pas la tête inutilement.

Toutes les ritournelles sont fort valables. À commencer par la valse punk Suburban Wasteland, le garage-punk Left Out (ATTN : SoCal Garage Rockers), le refrain matraque dans This Is The News, l’excellente/explosive Less Than Together de même que la mélodie pianotée à la conclusion bâclée titrée Piano Shit.

Vous passerez un bon moment avec Mike Krol, mais vous devrez baisser vos attentes, car notre homme veut simplement vous distraire avec un punk rock cocasse et ironique. Après quelques écoutes, vous aurez compris… et vous aurez probablement envie de passer à autre chose. Un artiste condamné à faire les premières parties de tous les Ty Segall de ce monde…

Ma note: 6,5/10

Mike Krol
Turkey
Merge Records
19 minutes

https://www.mergerecords.com/mike-krol

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.