Critiques

The Melvins

Tres Cabrones

  • Ipecac Recordings
  • 2013
  • 44 minutes
8
Le meilleur de lca

melvinsRares sont les groupes comme The Melvins… très très rares. Les Melvins avaient fait paraître le très bon album de reprises intitulé Everybody Loves Sausage et font maintenant paraître Tres Cabrones. «Tres» parce que cette fois-ci, Dale Crover prend la basse et Mike Dillard (le tout premier batteur de la formation) fait un retour après 29 ans d’absence! Tout cela pour le 30e anniversaire de la formation! Évidemment, on retrouve toujours le légendaire Buzz Osbourne (et sa chevelure) à la guitare et à la voix.

Et qu’est-ce que ça donne cette réunion? Un album inspiré, foncièrement jeune et toujours aussi surprenant. D’ailleurs, pour afficher tout leur sérieux, le trio nous a concocté trois belles comptines pour enfants… mais à l’imaginaire très adulte. Tie My Pecker To ATree et son long «Well» râlé par Buzz Osbourne, jouant le rôle d’une cheminée de train, sont absolument succulents. On sourit aussi à l’écoute de 99 Bottles Of Beer et particulièrement aux «chialages» en plein milieu de la chanson… avant que la bande entame en canon un «Beer» puissant. Finalement, le trio nous en met plein la vue avec You’re In The Army Now. Sur ce morceau, on y entend l’expression «Son of a bitch» un nombre incalculable de fois.

Outre ces magnifiques blagues adolescentes, The Melvins laisse ses influences punks s’afficher ouvertement sur ce nouvel opus. Que ce soit sur les Walter’s Lips, Stick ‘Em Up Bitch ou l’éclectique Dogs And Cattle Prods, on ne peut s’empêcher de brasser la tête sur cette musique. On retrouve aussi du Melvins plus traditionnel. American Cow nous offre un riff de guitare hachurée typique, avec toute la lourdeur nécessaire, combiné à une section rythmique tout aussi lourde. Le solo de City Dump, tout comme Psychodelic Haze avec sa guitare fuzzée au max, sont de dignes représentants du sourd lourd si caractéristique des Melvins.

Parmi toutes ces compositions de qualités, c’est sans doute I Told You I Was Crazy qui détonne le plus. Après quelques mesures bizarres, dépouillées et noires à souhait, un riff lourd et sombre prend la place et assène avec assurance le coup fatal.

Bref, un bon album pour la bande de vieux routiers qui refusent périodiquement la complaisance. À leur 19e album studio, Melvins est encore actuel et se réinvente. Une qualité très rare dans le monde musical. Les fans du groupe seront ravis de cette nouvelle offrande de qualité. À tout de moins, je le suis.

Ma note : 8/10

The Melvins
Tres Cabrones
Ipecac
44 minutes

www.themelvins.net/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.