Critiques

Medicine

To The Happy Few

  • Captured Tracks
  • 2013
  • 41 minutes
7

Medicine-To-The-Happy-Few-300x300Medicine, vous connaissez? Ce groupe alternatif américain, alliant le shoegaze, la noise pop et le rock psychédélique, a été mis sur pied en 1990, à Los Angeles, par le guitariste/claviériste et meneur de la formation, Brad Laner. Le quatuor est surtout reconnu pour son apparition dans le film The Crow (paru en 1994) dans lequel Medicine joue une version de Time Baby III en compagnie d’Elizabeth Fraser de Cocteau Twins. Dix années après The Mechanical Forces Of Love, le groupe effectuait récemment un retour sur disque titré To The Happy Few… et c’est la mouture initiale qui refait surface puisque Laner s’est adjoint les services de Shannon Lee, de la chanteuse Beth Thompson et du batteur John Goodall, qui faisaient tous partie du contingent de l’album Her Highness paru en 1995.

Après My Bloody Valentine (qui effectuait une relance réussie en début d’année) est-ce que le penchant américain du légendaire groupe britannique réalise une renaissance adéquate? Sans obtenir l’impact du MBV de My Bloody Valentine, ce To The Happy Few tient admirablement la route et n’a pas à rougir devant les compétiteurs Anglais. Tout y est! Réalisation hypnotique qui dispose les voix à l’arrière-plan dans le mix, salve de guitares fuzzées et structures chansonnières inventives. Cette sitedemo.cauction semble moins abrasive que les précédents efforts, mais ce qui est perdu en décadence sonore séduit amplement par une efficacité mélodique améliorée.

Par contre, Medicine nous présente une conception sonore ne comportant aucun morceau magistral; l’ensemble s’écoutant sans pause, du début à la fin. Au fil des écoutes, vous découvrirez des strates sonores insoupçonnées, des harmonies vocales californiennes évoquant autant les Beach Boys que Tame Impala, et surtout, un groupe américain fort mésestimé.

Donc, la bande à Laner atterrit exactement à l’endroit où on les attendait. Aucune stupéfaction, simplement du très bon matériel! Dans une entièreté pleinement cohérente, Medicine nous offre néanmoins quelques ritournelles de qualité : la pop décapante Long As The Sun, la très Beach Boys intitulée It’s Not Enough, les quasis Besnard Lakes nommées The End Of The Line et All You Need To Know de même que la puissante et opérante, harmoniquement parlant, Pull The Trigger.

Sans être un classique du shoegaze, ce To The Happy Few a le mérite de remettre en selle cette importante et méconnue formation américaine. Clairement, c’est comme si My Bloody Valentine et Tame Impala s’accointeraient avec les Beach Boys et Captain Beefheart afin d’élaborer un disque fiable, consistant et homogène. Voilà un groupe qui opère un retour pour les bonnes raisons!

Ma note : 7/10

Medicine
To The Happy Few
Captured Tracks
41 minutes

www.facebook.com/pages/Medicine-Band/148976065123004

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.