Critiques

Matmos

Plastic Anniversary

  • Thrill Jockey Records
  • 2019
  • 40 minutes
7,5

La musique électronique s’est longtemps débattue pour atteindre un statut équivalent à celui de la musique que l’on pourrait qualifier d’« organique ». La noblesse du bois qui résonne au son de l’archet de crin de cheval, le cuir tendu du tambour, la flûte d’os ou la calebasse creusée à même le fruit, contre la musique synthétique qui reproduit les sons des instruments faits de bois, de métal, de plantes ou de parties d’animaux, mais qui s’astreint aussi à les déformer ou à les amplifier au moyen de courant électrique… L’opposition simpliste continue de se rejouer à l’infini, dans un duel imaginaire où les adeptes des sonorités classiques et des productions sonores électroniques se regardent en chiens de faïence ou s’ignorent superbement. Évidemment, la réalité est plus complexe, et bon nombre d’instruments dits « classiques » ont depuis longtemps intégré des composantes de plastique et de nylon, et les catégories musicales autrefois plus franches sont perméables comme jamais.

En cette ère où l’on prend conscience partout dans le monde de l’envahissement du plastique et de ses potentiels ravages environnementaux, le duo de Baltimore Matmos nous offre un cadeau on ne peut plus approprié pour dévoiler le potentiel musical de ce matériau omniprésent : un objet sonore 100 % plastique. J’ai eu envie de me pencher sur cette nouvelle offrande, car j’avais particulièrement aimé leur opus précédent intitulé Ultimate Care II, création sonore décapante, élaborée à partir des tribulations d’une machine à laver.

C’est une fois de plus chez Thrill Jockey que le duo de Baltimore que forment Drew Daniel et Martin « M. C. » Schmidt fait paraître son Plastic Anniversary. Et le titre de cette nouvelle galette n’est pas anodin : on met à profit une panoplie de sonorités insoupçonnées créées à partir d’objets dérivés du pétrole, et il en résulte des pièces percutantes aux textures à la fois familières et étranges, mais on fait aussi la fête au plastique dont les vibrations se glissent dans nos oreilles pour nous chatouiller les tympans. En écoutant l’album, on s’émerveille à plusieurs reprises du résultat qui défie ce qu’on pourrait anticiper d’une œuvre recourant exclusivement à des polymères. Les sons, couinements, grincements, frottements, percussions et la résonnance des divers matériaux qu’on triture sont magnifiquement agencés en des pièces à la fois surréalistes et captivantes. Et on retrouve en prime une performance du batteur Greg Saunier de Deerhoof dans l’excellente pièce Silicone Gel Implant. Cela n’est pas surprenant outre mesure, Matmos s’entoure de collaborateurs hors pair depuis bon nombre d’années, dont de grosses pointures comme Björk.

Certaines pièces comme Thermoplastic Riot Shield mêlent des rythmes dansants et syncopés aux accents de house à des alarmes, des bruits d’outils et des rythmes vaguement tribaux pour créer une ambiance inquiétante et déconstruite. D’autres, comme Fanfare for Polyethylene Waste Containers, évoquent un univers plus sombre, toujours en misant sur des rythmes entraînants, alors que la pièce titre, Plastic Anniversary, flirte du côté de l’arrangement orchestral à grand déploiement.

Matmos s’est imposé un nouveau défi technique, et il le relève haut la main. Cela dit, le produit fini, dans son ensemble, ressemble davantage à une exposition de possibilités qu’à un objet cohérent. Il n’y a évidemment aucun mal à cela, le concept d’album étant de toute manière de plus en plus mouvant. Les pièces concoctées par le duo sont brillantes et témoignent de leur audace compositionnelle, mais elles sont tout de même regroupées en une parution à la forme classique (divisée en pièces dont la longueur varie entre 2 min 30 sec. et 5 min), même si elles auraient peut-être gagné à être fusionnées en une production continue comme c’était le cas pour Ultimate Care II. S’astreindre à un tel exercice aurait dans tous les cas donné un résultat plus organisé et conféré plus de profondeur au projet.

Plastic Anniversary reste néanmoins un disque extrêmement plaisant à écouter, et c’est encore plus vrai avec un casque d’écoute permettant de profiter de toutes les subtilités sonores qu’on y retrouve.

Life in plastic, it’s fantastic.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.