Critiques

Lydia Loveless

Somewhere Else

  • Bloodshot Records
  • 2014
  • 42 minutes
7

1390045312_frontL’an dernier, on avait observé l’infrangible Lydia Loveless en première partie des Supersuckers à la Sala Rossa et on avait été franchement conquis par l’assurance et la qualité chansonnière offerte par cette songwriter originaire de Colombus, Ohio. Mardi dernier, elle faisait paraître son troisième album studio avec le label Bloodshot Records, intitulé Somewhere Else. Les précédentes offrandes de la jeune musicienne, âgée de 23 ans seulement, conjuguaient astucieusement le country vintage à des ascendants punk rock.

Ce qui nous avait frappés chez Lydia Loveless en concert, c’était cette confiance inébranlable et cette assurance non feinte, comme si elle avait vingt ans de plus au compteur… et ça s’entend clairement sur ce splendide et opérant Somewhere Else. Voilà un disque qui évoque éloquemment les Pretenders, les Replacements, Tom Petty & The Heartbreakers, Stevie Nicks ainsi que la formation country rock Cracker. Loveless interprète ses chansons avec une honnêteté et une authenticité qui commande le respect. Ce rock millésimé et sans fioriture prescrit par la musicienne n’est absolument pas innovant, mais puisque la dame a du vécu et maîtrise parfaitement l’art d’écrire une bonne chanson rock simple, accessible et efficiente, ce Somewhere Else a conquis l’auteur de ces lignes.

On assiste quand même à un virage pop un peu plus prononcé sur cet opus, l’artiste délaissant quelque peu le country et le punk au profit d’un rock carré particulièrement redoutable. Loveless domestique tellement bien le genre musical que ce penchant cohérent évoqué sur ce Somewhere Else ne lasse pas. Au contraire, on a le goût de remettre notre casque d’écoute afin d’approfondir les textes doux-amers et les mélodies crève-cœur de l’auteure-compositrice-interprète.

Certains pourraient y entendre un rock adulte un brin conservateur et ils n’auraient pas tout à fait tort. Cependant, c’est tellement bien fait et bien écrit (même si la réalisation est un peu trop lisse) que ce serait bien dommage que les mélomanes friands de pop-rock passent à côté de cette conception sonore. Sans être un grand disque, Somewhere Else détient ce je-ne-sais-quoi d’indéfinissable qui donne envie d’y revenir encore et encore.

Loveless nous présente une litanie de bonnes chansons et peu de faiseurs de chansons de son âge peuvent se targuer de cet exploit. Parmi les ritournelles de prédilection, on a spécifiquement affectionné les très Replacements titrés respectivement Really Wanna See You, Head et They Don’t Know, le refrain accrocheur dans Wine Lips, la prenante Verlaine Shot Rimbaud, la chanson-titre Somewhere Else de même que la ballade folk-country Everything’s Gone.

Lydia Loveless, c’est du bonbon pour tout amateur de musique sachant apprécier le rock mature à la Neko Case. Quoique la jeune dame aime profondément le rock un tantinet abrasif, et ça aussi, ça s’entend formellement sur cette sitedemo.cauction. Sans aucun doute, Loveless mérite une attention médiatique plus accrue et ce Somewhere Else devrait lui permettre de franchir une étape de plus vers une reconnaissance publique accentuée. Un très bon disque!

Ma note : 7/10

Lydia Loveless
Somewhere Else
Bloodshot Ltd.
42 minutes

lydialoveless.com

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=jwfadD31UH8[/youtube]