Critiques

Louis-Jean Cormier

Quand la nuit tombe

  • Simone Records
  • 2020
  • 44 minutes
8
Le meilleur de lca

Un album de Louis-Jean Cormier sans guitares? Si vous avez suivi l’actualité des derniers jours au Québec (excluant le COVID-19), vous savez déjà que c’est ainsi que le leader de Karkwa a abordé son nouvel album Quand la nuit tombe. Si la formule frappe l’imaginaire, elle a surtout permis à l’auteur-compositeur-interprète d’explorer de nouvelles zones de création, pour un résultat totalement réussi.

Bien sûr, on s’était habitué à voir Cormier la guitare au cou, avec sa façon singulière d’attaquer les accords qui a donné vie à des morceaux phares comme Tout le monde en même temps, le succès de l’album Le treizième étage, paru il y a huit ans déjà. Sauf qu’on oublie que c’est par le piano qu’il est entré dans l’univers de la musique, ainsi qu’il le confiait récemment en entrevue avec La Presse : « Je voulais retrouver mon instrument premier qui est le piano. J’ai travaillé beaucoup le piano dans ma jeunesse, alors j’ai eu le temps de le désapprendre pendant presque 20 ans ».

Si Cormier affirme avoir amorcé la création de ce troisième album solo avec la ferme intention de se réinventer et de se renouveler, son approche (principalement au niveau des textes) demeure en parfaite adéquation avec son travail précédent, lui qui navigue entre titres engagés (Les poings ouverts, sur le racisme et la peur de l’autre; Je me moi, qui dénonce les propagateurs de haine sur les médias sociaux) et personnels (J’ai monté, sur les périls de la célébrité; Toi aussi, adressée à son fils).

Par contre, sur le plan musical, c’est comme si la décision de Cormier de se laisser guider par le piano (et les claviers) lui avait permis de donner un fil conducteur à ce nouvel opus (c’était peut-être une des faiblesses du précédent Les grandes artères). Ça reste un album de chansons, sans concept pour les relier entre elles, mais cette cohérence dans l’instrumentation crée l’impression d’un tout. Certaines transitions sont particulièrement réussies, comme lorsque l’intro de Toi aussi émerge doucement de la finale de l’explosive Ravin (même si j’entends tout le temps les premières notes de Goodbye Cruel World de Pink Floyd, sur le disque The Wall).

Autant je peux comprendre l’objectif de relations publiques de mettre l’accent sur le fait qu’il s’agit d’un disque de piano, autant je trouve ça réducteur. Car la richesse de Quand la nuit tombe se situe bien plus dans ses orchestrations. On ne saurait d’ailleurs ignorer la présence de François Lafontaine (Karkwa, Marie-Pierre Arthur, Klaus), dont les solos rappellent les excès du prog (allô, Keith Emerson!), que ce soit dans Tout tombe à sa place ou dans l’excellente Face au vent, hommage au Théâtre de la Vieille Forge de Petite-Vallée, emporté par le feu en 2017.

Louis-Jean Cormier a cité l’influence de Peter Gabriel pour expliquer le côté plus « dansant » de ce nouvel album. Oui, c’est vrai, l’accent est souvent mis sur le beat. Mais personnellement, c’est dans la poignante ballade La photo que j’entends le plus l’influence de Gabriel, avec cette voix rauque et douce à la fois et le travail subtil des percussions qui me rappellent une chanson comme In Your Eyes.

Ce serait exagéré de dire que Cormier s’est mis en danger sur Quand la nuit tombe. Mais en troquant sa six cordes pour les 88 touches d’un piano, il a élargi son carré de sable pour intégrer des éléments jazz et électro à son langage, sans perdre de vue son approche pop. Est-ce aussi bon que Le treizième étage? Difficile à dire, mais il n’y a pas beaucoup de défauts ici, sinon des textes parfois un peu trop concrets (je préfère Cormier en mode plus imagé) et une petite incartade slam/rap sur Les poings ouverts qui brise un peu le ton. Une des très belles parutions cette année.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.