Critiques

Lambchop

This (Is What I Wanted to Tell You)

  • Merge Records
  • 2019
  • 45 minutes
8
Le meilleur de lca

Kurt Wagner approche de sa 60e année d’existence et l’artiste est toujours aussi créatif. Pendant une période plus sombre de sa vie, le musicien s’est consacré exclusivement à la peinture; un détachement et un désenchantement liés aux limites créatives imposées par ce qu’on appelle « l’industrie du disque ». Mais c’est la mort de son grand ami, l’auteur-compositeur Vic Chestnutt (décédé en 2009), qui a poussé Wagner à effectuer un retour en bonne et due forme à la musique. C’est avec le sublime Mr. M (l’un des meilleurs crus de 2012) que le véhicule sonore de Wagner, nommé Lambchop, reprenait vie de belle façon.

Quatre ans après le soft-rock-americana domestiqué de Mr. M, Lambchop effectuait un virage électro aussi étonnant que réussi : le célébré Flotus (2016); disque qui détenait des attaches sonores assez étroites avec l’album 22, A Million de Bon Iver paru la même année. La semaine dernière, Wagner récidivait avec une nouvelle production intitulée This (Is What I Wanted to Tell You)… et le penchant « tissé serré » avec Justin Vernon est toujours aussi présent.

En effet, c’est le batteur attiré de Bon Iver, Matthew McCanaughan, qui est le coréalisateur et le compositeur principal des chansons de ce nouvel album. McCanaughan avait dans sa besace quelques pièces incomplètes où il n’y avait aucune piste vocale. C’est en réécoutant ces démos en compagnie de Wagner que les deux ont eu l’excellente idée d’en faire un véritable album de Lambchop.

Ainsi, le virage électro amorcé avec le précédent effort se poursuit, mais de manière plus maîtrisée. À cet effet, Wagner déclarait ceci aux Inrocks : « Le nouvel album est issu de ce que Flotus m’a appris et vient y ajouter de nouvelles choses. D’un coup, plein de portes se sont ouvertes »; affirmation qui confirme hors de tout doute l’ascendant de Flotus sur cette nouvelle production.

This (Is What I Wanted to Tell You) est moins « agité » que Flotus. L’instrumentation traditionnelle (piano, batterie, etc.) côtoie habilement les nombreux éléments synthétiques (synthés aériens, voix « auto-tunés », etc.) comme si on assistait à l’avènement d’un nouveau genre musical : l’électro-folk-soul alternatif.

Et ce qui est absolument remarquable, c’est que ce changement de cap ne repose en aucun cas sur un certain opportunisme ou sur le simple désir de « faire jeune ». Ce nouveau disque est la création d’un artiste soixantenaire qui s’assume pleinement et qui sait pertinemment que c’est un public mature qui sera séduit par son œuvre. Voilà un exemple probant d’intégrité et d’authenticité. L’homme se respecte tout en repoussant ses propres limites.

Ce disque s’écoute du début à la fin sans interruption afin de bien s’immerger dans cette ambiance feutrée et introspective. Un coup de chapeau bien senti à l’émouvante The Lasting Last of You de même qu’à la conclusion pianistique et immatérielle de This Is What I Wanted to Tell You.

Rien d’autre à ajouter à part le fait que ce disque se retrouvera dans plusieurs listes de fin d’année. Une coutume pour Lambchop.

Kurt Wagner est un grand.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.