Critiques

Justice

Hyperdrama

  • Because Music / Ed Banger
  • 2024
  • 49 minutes
7,5

Le duo électro house, Justice, formé de Gaspard Augé et Xavier de Rosnay a conquis les clubs pour la première fois il y a presque vingt ans, à une époque durant laquelle la scène électronique française se renouvelait progressivement. Daft Punk et Air arrivaient tous les deux à un moment décisif de leur élan créatif, laissant dans leur sillage de l’espace pour qu’un projet comme Justice reprenne une partie du flambeau de la french house. Qui ne se souvient pas des classiques comme Genesis, Waters of Nazareth (Cross, 2007) ou Civilization (Audio, Video, Disco, 2011)?

Le genre a évidemment évolué en quinze ans, même Justice avait changé de sonorité il y a huit ans sur Woman (2016), en s’inspirant des courants disco et funk pour colorer leur esthétique sonore. Un album très bien réalisé, au point de donner l’impression qu’il n’était pas sorti cette année-là. Cette direction artistique légèrement nostalgique donnait l’impression de faire suite à Random Access Memories (2013) de Daft Punk, comme un hommage à une époque plus organique, jouée avec des instruments par des musiciens.

Tout ça faisait contraste avec leurs deux premiers albums, qui avaient la qualité de projeter le genre dans un rétrofuturisme épique. Escapades (2021), l’album solo d’Augé, laissait présager un retour en force du duo, du moins la partie inspirée de Jean-Michel Jarre et Giorgio Moroder. C’est maintenant fait avec leur quatrième album Hyperdrama sorti à la fin avril, un ‘best of’ fait de treize nouvelles pièces, dont la moitié sont composées en collaboration avec des chanteurs et une chanteuse.

Ils ont sorti un premier simple nommé One Night/All Night, avec Tame Impala (Kevin Parker) à la voix, dont le registre aérien plane parfaitement au-dessus du thème électro rock montant et descendant sur quatre notes aux claviers. La masse mélodique compressée passe à mi-chemin à un duo disco à la basse électrique et au piano, comme un écho rétro qui vient contraster avec les circuits électroniques. L’équilibre entre les deux est mis en évidence lorsque les claviers retrouvent le duo en conclusion.

Generator est comme un reboot acid de Genesis, ou une suite futuriste si on se réfère à la vidéo dans laquelle deux ‘réplicants’ couchent ensemble. Le pont dénué de rythme marque une pause durant laquelle un segment orchestral apporte une profondeur mélodramatique. Des retrouvailles qui sont à la hauteur du classique original.

Leur troisième simple Incognito ouvre sur un thème synthwave progressif, et passe ensuite à une séquence bien serrée d’italo disco, une transition qui surprend et nous embarque instantanément sur un train rythmique. La ponctuation créée par l’échantillon de voix et l’orgue scintillant 00s prête la mélodie à un duo basse et piano électrique 70s, les deux motifs s’échangeant l’époque d’une mesure à l’autre.

Saturnine propose une collaboration avec Miguel, dont l’interprétation accentue l’effet de la forme R&B. La complémentarité entre la trame basse et texturée et la voix aérienne crée une masse harmonique très cool, qui culmine au refrain avec les accords de guitare et les cuivres échantillonnés. Ça fait un peu penser à la façon dont Jay Kay (Jamiroquai) rythme ses paroles, au point d’avoir pensé que c’était lui à la première écoute. Oh well.

Hyperdrama comporte neuf autres pièces qui développent l’effet de contraste entre les genres rétro des années 70s, et ceux plus récents des années 00s et 10s. Ces changements d’époque génèrent une respiration entre les différents niveaux d’aération et de saturation. Curieusement c’est cet aspect technique qui ressort de l’album et permet d’apprécier l’évolution de la musique dansante. Du disco et funk à l’électro saturé, Justice continue de remplir la piste de danse avec une variation équilibrée entre les époques et les esthétiques.

Inscription à l’infolettre

Ne manquez pas les dernières nouvelles!

Abonnez-vous à l’infolettre du Canal Auditif pour tout savoir de l’actualité musicale, découvrir vos nouveaux albums préférés et revivre les concerts de la veille.