Critiques

Jenny Hval

Apocalypse, girl

  • Sacred Bones Records
  • 2015
  • 40 minutes
7,5

Jenny HvalLa norvégienne Jenny Hval n’en est pas à ses premiers pas musicaux. La jeune femme a réussi à se construire un bassin d’admirateur imposant avec la sortie de son dernier album, Innnocence Is Kinky et sa collaboration avec SusannaSonata titrée Meshes Of Voice. De plus, la jeune femme est signée chez Sacred Bones, une maison de disque éclectique et particulièrement axée sur l’art plutôt que la commercialisation de la chose.

Apocalypse, girl est un digne successeur à Innocence Is Kinky, tout comme il réaffirme la prose particulière de Hval. La jeune femme nous offre une poésie déconstruite et singulière qui, malgré un ton qui semble rêveur, voire nonchalant, livre un message qui reflète un profond émoi intérieur.

C’est aussi ce qu’elle nous fait vivre avec l’instrumentation de certaines pièces. Holy Land, avec ses sons stridents et inquiétants, nous enlève toute possibilité de quiétude. Ce dernier morceau d’Apocalypse, girl achève de clouer le cercueil d’anxiété que nous offre la danoise. À l’opposé, Kingsize qui ouvre la galette est au contraire très verbeux et soutenu par une instrumentation syncopée qui n’a rien pour rassurer.

Certaines pièces sont plus musicales, dont That Battle Is Over qui, avec son rythme trip-hop, fait place à une charge absolument pas subtile contre l’individualisation de la société. Sabbath est une autre oasis mélodique dans ce Apocalypse, girl majoritairement expérimental. Cette chanson est celle qui possède le plus de constance dans la trame et l’air le plus accrocheur à l’oreille. Un moment agréable puisque Hval possède une belle voix qui est très efficace lorsqu’elle se veut mélodieuse.

Dans l’ensemble, l’envie d’expérimenter, bien que louable, fragilise la portée du travail de la norvégienne. Trop d’expérimentation, c’est comme pas assez. Elle réussit tout de même à nous garder à l’écoute, mais l’album manque d’équilibre et de moments qui nous accrochent. Jenny Hval en est capable et c’est sur ce point qu’Apocalypse, girl arrive un peu en deçà des attentes.

N’en reste pas moins que c’est un album réussi de la part de la jeune artiste et ceux qui ont les tympans curieux y trouveront un objet de fascination qui possède une profondeur hors du commun. Si vous appréciez les bizarreries musicales, vous allez adorer cette musicienne inventive et créative.

Ma note: 7,5/10

Jenny Hval
Apocalypse, girl
Sacred Bones
40 minutes

http://jennyhval.com/

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=oGksHxwnap0[/youtube]

3 commentaires

  1. pouete1, le 2015-08-24 à 05:48

    superbe découverte

  2. Chantal Garand, le 2015-08-29 à 12:14

    Jenny Hval est norvégienne et non danoise.

    • Stéphane Deslauriers, le 2015-08-29 à 15:04

      Très vrai. On corrige sur-le-champ. Merci de la précision!

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.