Critiques

Iggy And The Stooges

Ready To Die

  • Fat Possum Records
  • 2013
  • 35 minutes
6

Iggy-And-The-Stooges-Ready-To-Die-600x600C’est aujourd’hui qu’Iggy And The Stooges lance une nouvelle offrande! Pour vous mettre en contexte, les Stooges sont les dignes précurseurs du punk rock et ils ont sévi sans succès de 1967 à 1974. Ils se sont reformés en 2003 avec les frères Scott et Ron Asheton (batterie et guitare) et Mike Watt à la basse. Ils ont fait paraître le moyen The Weirdness en 2007. En 2009, nous assistions au décès de Ron Asheton terrassé par une funeste crise cardiaque. Finalement, les légendaires Stooges ont été intronisés au Rock and Roll Hall Of Fame en 2010. Bref, un parcours rock’n’roll exemplaire!

Voilà qu’Iggy Pop et ses vieux briscards reviennent à la charge avec Ready To Die, ce qui plébiscite le retour du compétent James Williamson à la guitare électrique; le même homme qui oeuvrait brillamment sur le classique Raw Power. Scott Asheton martèle toujours la batterie et Mike Watt tient immuablement la basse avec comme figure de proue l’Iguane, Iggy Pop, âgé de 66 ans… et dans une forme resplendissante!

Bien entendu, lorsque des vétérans s’aventurent dans un registre résolument rock’n’roll, les chances sont grandes que le résultat soit convenu. Sur ce Ready To Die, le rock furieux, incandescent et explosif des Stooges perd quelque peu de sa force de frappe d’antan, mais ce disque est bien meilleur que The Weirdness (le précédent effort studio); et l’arrivée de Williamson n’est pas étrangère à cet état de fait.

Les guitares décapent correctement, l’interprétation d’Iggy Pop est d’une justesse remarquable, la section rythmique fait un travail surprenant, compte tenu du talent limité de Scott Asheton à la batterie et la réalisation est simple, rêche et sans fioritures… comme un bon disque des Stooges. Ce ne sont pas les Stooges à leur zénith, mais les vieux routiers tiennent la route et sont loin d’avoir l’air fou.

Ready To Die renferme quelques ritournelles dignes de mention : l’excellent riff typiquement stoogien qui anime Burn, le saxophone urbain de Steve MacKay qui illumine Sex And Money, l’abrasive et lourde Job et les rock’n’rolls stoniens Gun et Ready To Die. L’album s’achève sur deux pièces étonnamment attendrissantes : la frémissante Beat That Guy et l’hommage à feu Ron Asheton intitulé The Departed, qui se conclut sur le riff légendaire de I Wanna Be Your Dog, exécuté par Williamson sur une guitare acoustique… et c’est ainsi que les Stooges bouclent la boucle! Touchant!

Les adeptes de la première heure pourraient être déçus du manque de déflagration sonore qui asservit certaines chansons, mais cette sitedemo.cauction surpasse la plupart des conceptions sonores proférées, par exemple, par les interminables Rolling Stones, et ce, depuis Exile On Main Street paru en 1975… Oui, un disque un brin pantouflard, mais qui, malgré tout, réussit à captiver. Un bon disque de cols bleus!

Ma note : 6/10

Iggy And The Stooges
Ready To Die
Fat Possum
35 minutes

www.iggyandthestoogesmusic.com/us/news

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.