Critiques

Iceage

You’re Nothing

  • Matador Records
  • 2013
  • 28 minutes
7

130602-iceageLa formation punk danoise originaire de Copenhague, nommée Iceage, lançait dans les bacs sa deuxième offrande titrée caustiquement You’re Nothing. En juin 2011, le quatuor formé en 2008, alors que les membres n’avaient que 17 ans, avait fait paraître New Brigade; une création qui avait obtenu plus que sa part de critiques élogieuses. Conséquemment, les voilà de retour avec un album entièrement realisé et sitedemo.cauit par eux-mêmes. Donc, un veritable opus indépendant; au sens noble du terme!

Quelle est l’esthétique sonore prescrite par Iceage? Bien entendu, les danois présentent un punk rock puisant autant dans la belle époque du hardcore américain issue des eighties, que dans les inclinaisons mélodiques accessibles que les précurseurs britanniques offraient à la fin des années 70. De bien belles influences, mais est-ce que ces ascendants sont habilement entassés afin d’offrir une mixture punk de haut niveau?

En tous points, ce You’re Nothing comble les expectatives. Un conception sonore qui amalgame une écriture chansonnière punk intelligible, et ce, sans perdre une seule once de sa force de frappe; comme si Black Flag, Turbonegro et les Clash habitaient sous le même toit. Si New Brigade mettait en évidence un déficit de maturité musicale flagrant, ce You’re Nothing constitue un grand pas en avant. Iceage passe vraiment à l’âge adulte!

Évidemment, les guitares décapantes, les rythmes vifs et martiaux sont à l’honneur, mais ce qui fixe la signature sonore du groupe est sans contredit les inflexions vocales du chanteur/guitariste Elias Bender Ronnenfelt. En effet, cette voix imprécise (remémorant un Robert Smith en mode vociférateur), parfois carrément fausse, constitue l’identité principale de Iceage. À défaut d’être juste, le jeune homme beugle avec l’énergie du désespoir… et c’est tout ce qu’on exige d’un leader punk!

Comme le veut la tradition, pratiquement aucun morceau ne dépasse les trois minutes règlementaires; standard de base pour toute formation punk qui se respecte. Un paquet de brulôts sonores surexcite ce You’re Nothing: la lourdaude Ecstasy, l’aggressive Coalition, l’excellent riff de guitare et la voix fausse dans In Haze, la captivante Wounded Hearts, les très hardcore vieilles écoles It Might Hit First et Rodfaestet de meme que l’hymne revancheur You’re Nothing.

Certaines oreilles avides d’harmonie et de paix d’esprit pourraient être franchement repoussées par les modulations proférées par Ronnenfelt, mais en ce qui nous concerne, il nous semble préférable de rugir son punk rock avec ferveur que de l’interpréter avec une perfection ennuyante et conservatrice… Un disque authentique et vrai, qui ne révolutionne pas le genre, mais qui possède un charme que tout amateur de punk saura facilement déceler! Du bon travail!

Ma note : 7/10

Iceage
You’re Nothing
Matador Records
28 minutes

iceagecopenhagen.blogspot.ca

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.