Critiques

Here We Go Magic

Be Small

  • Secretly Canadian
  • 2015
  • 44 minutes
7

Here We Go MagicJe me dois d’être honnête. Here We Go Magic est une formation que je connais de réputation seulement. Il a donc fallu que je m’immerge dans les parutions précédentes afin de rédiger un texte pertinent et cohérent sur le plus récent opus qui paraît cette semaine et qui s’intitule Be Small. En 2012, la bande menée par l’excellent songwriter Luke Temple avait lancé A Different Ship; disque réalisé à l’époque par nul autre que Nigel Godrich (Radiohead). Here We Go Magic axe souvent sa musique sur des grooves répétitifs/hypnotiques et de nombreuses couches sonores superposées.

D’entrée de jeu, ce Be Small est plus optimiste et joyeux qu’à l’accoutumée. Toujours aussi raffiné, sophistiqué, et un tantinet labyrinthique, l’indie-rock de la formation new-yorkaise ne surprend guère sur ce nouvel opus. On assiste invariablement à cette mixture habituelle de rock baroquisant aux accents parfois folk, parfois électro, qui prend de l’ampleur grâce à ces rythmes groovy récurrents qui captive l’auditeur… et ce sont les imparables mélodies de Temple qui finissent toujours par nous achever.

Puisque la recette, elle, demeure un tant soit peu inchangée, ce sont les chansons qui doivent être à la hauteur et ce que propose Here We Go Magic, particulièrement sur cet aspect, est somme toute fort adéquat. Be Small prendra assurément de l’ampleur en concert (ça s’entend!), mais en gros, quelques ritournelles se démarquent assez pour qu’on puisse demeurer captif.

Encore une fois, la réalisation est pétillante et les différents claviers (incluant les éléments rythmiques en toc) prennent juste assez de place dans le mix, et ce, sans détourner l’attention des éloquentes mélodies de Temple. Franchement, Here We Go Magic est un groupe qui m’a trop longtemps échappé et j’en prends bonne note, croyez-moi.

Cela dit, le groupe est sommet de sa forme quand il est en parfait équilibre entre rock, folk et électro. Je pense à des pièces comme Be Small, Candy Apple, Girls In The Early Morning, Tokyo London US Korea ainsi qu’à Ordinary Feeling (superbe!). En contrepartie, la pièce d’entrée intitulée Stella, dont les claviers sonnent carrément comme du Doobie Brothers, m’a irrité au plus haut point, mais ce n’est que le seul impair majeur de ce Be Small.

Pas de doute, voilà un disque qui plaira grandement aux fanatiques de Grizzly Bear, Radiohead, Talking Heads (pour les vieux schnocks) et qui aiment leur indie-rock soigné et inventif. Même si c’est parfois un peu trop sage pour votre vieux grincheux préféré, Be Small vaut le détour. Ne serait-ce que pour l’indéniable talent de compositeur/mélodiste de Luke Temple, prêtez l’oreille sans gêne à ce nouvel album.

Ma note: 7/10

Here We Go Magic
Be Small
Secretly Canadian
44 minutes

http://herewegomagicband.tumblr.com

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=MTUe0I-pvBE[/youtube]