Critiques

Ellie Goulding

Brightest Blue

  • Polydor
  • 2020
  • 60 minutes
5

Ellie Goulding est une mégastar pop originaire de l’Angleterre. On la connaît pour avoir lancé Lights (2010), Halcyon (2012) et Delirium (2015). Ces chansons, bien qu’elles soient très vendeuses, avaient bien fait le travail à l’époque. Voilà qu’elle nous propose Brightest Blue, un album plus introspectif où l’intimité est trop magnifiée par des arrangements peu éloquents. Critique.

On ne va pas se le cacher. Ellie Goulding a une belle voix. Sur les 19 (!) chansons, son timbre vocal, aussi gracieux que fragile enjolive plutôt bien les chansons. Par contre, les arrangements tapent royalement sur les nerfs. Comme si on cherchait à dénicher un contenant le plus rapidement pour supporter ou combler la puissance vocale de Goulding. Sur How Deep is Too Deep, on joue avec des synthétiseurs grinçants, des boîtes à rythmes inutiles et des arrangements vocaux agressants. Ça ne marche pas du tout.

On retrouve un peu plus de douceur sur Bleach. Rapidement, l’auditeur se sent sécurisé. Les arrangements électroniques sont plutôt bien balancés. La lancinante voix de Goulding est juste. On aime bien aussi le jeu de guitare qui redore bien le tout. Noté aussi sur Flux où le piano donne une puissance incroyable à la voix d’Ellie Goulding. Sur Love I’m Given, l’éloquence vocale de l’Anglaise donne une couleur à l’ensemble de la chanson. On aime particulièrement les choeurs épiques. Par contre, la pièce Power est sirupeuse et épuise l’auditeur. J’ai l’impression que par moments, l’interprétation est ampoulée et qu’on en perd même la signification du texte. Bien que le refrain soit accrocheur, je trouve la piste un peu trop clichée à mon goût.

Ellie Goulding voulait faire un album pop. Je ne suis pas inquiète, ça va se vendre. Par contre, la valeur artistique de Brightest Blue laisse à désirer. J’ai un peu de difficulté à accepter ce virage introspectif où on cherche à gagner l’intimité de l’auditeur et à l’émouvoir par le biais d’éléments électroniques qui dépersonnalisent l’ensemble des chansons. C’est bancal et ça déçoit, dommage.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.