Critiques

Blood Incantation

Hidden History of the Human Race

  • Dark Descent Records
  • 2019
  • 36 minutes
8,5
Le meilleur de lca

On dit que le mois de novembre est le mois des morts. Peu importe, si on adhère ou pas à cette convention, force est d’admettre que le 11e mois de l’année est l’un des plus maussades qui soient. Parfois, ce climat accablant se prolonge tout au long de l’hiver. Quoi de mieux pour vous enfoncer encore plus dans la morosité hivernale qu’un album de death métal paru… en novembre dernier !

La formation américaine Blood Incantation revenait alors à la charge avec un deuxième disque studio intitulé Hidden History of the Human Race. En 2016, le quatuor épatait avec une première offrande : Starspawn. Originaire de Denver, Colorado, le groupe se démarque par une approche « cosmique » du death métal, incorporant des intermèdes vaporeux aux ascendants souvent psychédéliques. En deux petits albums, les blancs-becs ont confondu et subjugué la planète métal, et ce, même si quelques traditionalistes préfèrent les mépriser. Peut-être parce qu’ils s’efforcent de repousser les frontières du genre, qui sait ?

Enregistré en mode analogique au World Famous Studios à Denver, sous les bons auspices du réalisateur Peter DeBoer, Blood Incantation nous propose l’une des meilleures galettes de 2019, tous genres confondus. Construite sur quatre morceaux-fleuves, répartis en trente-six minutes, cette œuvre demande un effort d’écoute accru, car ce qui vous paraîtra inaudible lors des premières auditions agressera agréablement vos oreilles lors des écoutes subséquentes.

Le son est massif et caverneux. Les compositions sont sinueuses, mais il y a toujours un riff brutal ou un arrangement inventif qui capte l’attention; assez pour accrocher un sourire de satisfaction sur le visage du métalleux exigent.

Évidemment, les thématiques abordées vous immergeront dans les profondeurs de l’enfer : voyages intérieurs à glacer le sang, possibles vies extraterrestres, supplices psychologiques sans fin, toutes ces réflexions affligeantes s’emmêlent et contraignent aux questionnements existentiels.

Musicalement, la réalisation est d’une netteté impressionnante. Pour l’une des rares fois, la caisse claire d’un album de death metal est retentissante et les grognements gutturaux du chanteur-guitariste Paul Riedl sont parfaitement perceptibles. Mais ce qui positionne ce disque comme l’un des grands crus de 2019 est sans contredit l’alternance entre l’habituelle brutalité sonore et les intermèdes aériens/psychédéliques. Ces deux extrêmes cohabitent à merveille grâce à ces quelques riffs thrash métal que des vétérans comme Slayer n’auraient pas reniés.

La nouvelle vague de death métal – Tomb Mold et Blood Incantation en tête de liste – repousse les frontières du genre. N’en déplaise à certains métalleux conservateurs, il ne faut que se réjouir d’entendre autant de créativité dans le monde du métal. Si vous êtes un mélomane curieux et ouvert d’esprit, il n’y a aucune raison d’éviter ce Hidden History of the Human Race de Blood Incantation.

Un disque qui deviendra rapidement une référence.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.