Critiques

Baptists

Beacon of Faith

  • Southern Lord
  • 2018
  • 38 minutes
8
Le meilleur de lca

Il aura fallu attendre 4 ans avant de pouvoir se mettre dans les oreilles de la nouvelle musique de la part des Britanno-Colombiens, mais Baptists ne nous aura pas fait attendre pour rien. Le quatuor est de retour avec Beacon of Faith en ce doux printemps. Et ils sont en colère. Ceux qui ont aimé Bloodmines seront ravis de constater que le groupe n’a rien perdu en énergie. Au contraire, le niveau d’agressivité semble même avoir été relevé à certains moments.

La table est mise d’entrée de jeu avec un morceau sous la barre de 2 minutes avec Worse Than Hate. Une pièce bien « sludgeuse » et bruyante pour se mettre en appétit. Mais c’est avec Absolved-Spent Cells que l’on entre direct en salle d’opération, pas le temps de passer au triage. Le rythme punk et la voix distortionnée mixée en avant-plan ne laissent aucun répit pour l’auditeur. La chanson titre qui suit vient confirmer le tout: Baptists assume ses influences de hardcore « old school ». L’approche (et les riffs) n’est pas sans rappeler Converge sur No Heroes.

En fait, c’est encore une fois Kurt Ballou, du groupe ci-haut mentionné, qui manie la console sur Beacon of Faith. Eh oui! Ce gars-là travaille beaucoup. Son influence se fait sentir dans la façon dont la section rythmique est enregistrée. Sans oublier l’utilisation de feedback de guitare qui vient rajouter au chaos généralisé (voir ici l’avant-dernière pièce, Carbie).

De plus, sur une pièce plus lente comme Capsule, servie en première moitié de programme, l’auditeur retrouvera les influences d’un autre groupe canadien, Cursed. Les Ontariens étaient reconnus pour leur son de basse lourdement trafiqué venant soutenir un unique guitariste à l’approche punk et bruyante. La seule pièce de plus 6 minutes de l’album, Eulogy Template, en est un autre excellent exemple.

Mais en général, le groupe se démarque par ses courtes chansons rageuses aux sonorités punk et hardcore telles que Outbreeding, Vicarious Trauma ou Bevel Down. Encore une fois, le rapprochement avec Converge est inévitable. Cela dit, Baptists termine le tout avec une courte instrumentale. Comme si les musiciens n’avaient pas dit leur dernier et qu’ils préparaient les hostilités pour le prochain album.

Il serait surprenant que Beacon of Faith ne fasse pas les différents palmarès de musique lourde de 2018. L’approche de la vieille école avec une production moderne et des chansons efficaces en fait un album incontournable. Cet album, paru sur Southern Lord, est un pur délice pour les amateurs du style.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.