Critiques

Arcade Fire

WE

  • Columbia Records
  • 2022
  • 40 minutes
6,5

Au moment où vous lirez ces lignes, à peu près tout (ou presque) aura été dit sur le nouvel album d’Arcade Fire. Cinq ans après le mal-aimé Everything Now, le groupe phare de la scène indie montréalaise tente un certain retour aux sources avec WE, son sixième disque en carrière. Si la formation renoue en effet avec le côté fédérateur qui a fait sa renommée, le résultat final est tout de même assez inégal.

Arcade Fire avait été vertement critiqué en 2017 pour la campagne de marketing un peu maladroite ayant précédé la sortie d’Everything Now, et qui incluait entre autres de fausses publicités et même de fausses critiques de l’album. Un grand nombre de détracteurs y avaient vu un signe que le groupe, désormais sous l’égide de Columbia, avait vendu son âme au diable, avalé par la machine de l’industrie.

J’avoue avoir eu un peu peur en décembre dernier quand la formation, pour son tout premier show post-pandémie, s’est pointée à Las Vegas pour un festival sur les jetons non fongibles (NFT), ce qui sentait le corporatisme à plein nez. À l’inverse, en mars dernier, le groupe a joué quatre concerts surprises au Bowery Ballroom à Brooklyn, une petite salle de 575 places, en référence à l’époque de 2004-2005 quand la bande était davantage du genre Fédération ukrainienne que Centre Bell.

J’ai pensé à ce paradoxe en écoutant WE pour la première fois. En effet, comment gérer les attentes quand on a été catapulté en quelques années à peine du statut de groupe indie local à star internationale de la musique alternative? C’est un des grands dilemmes de la musique indie en tant que genre, qui s’est construite sur des valeurs d’autonomie et d’authenticité, ce qui fait qu’un groupe qui remporte un gros succès commercial devient automatiquement suspect aux yeux des fans.

Pour Arcade Fire, la réponse à ce dilemme s’est présentée sous la forme d’un désir d’explorer de nouvelles avenues musicales : davantage de synthés et de percussions, un aspect plus dansant et une influence plus assumée de la pop des années 80. Si ces nouvelles couleurs étaient généralement bien intégrées sur Reflektor (2013), le groupe a frappé un mur sur Everything Now, plombé par un manque d’inspiration sur le plan des textes et des musiques pop préformatées un peu sans saveur.

Réglons sans tarder une chose parce que ça relève de l’évidence : WE est un meilleur album qu’Everything Now. Mais ce n’est pas non plus le grand retour d’Arcade Fire. Il y a assurément de très bonnes chansons (Lightning I, II, la pièce-titre), mais on y retrouve encore une espèce de mollesse difficile à définir sur le plan des dynamiques qui nous rend forcément nostalgiques de l’époque de Wake Up.

Ça démarre plutôt bien avec Age of Anxiety I, portée par un motif efficace au piano qui nous rappelle le versant plus épique de la formation. La transition vers la seconde moitié de la chanson est un peu maladroite, mais la pulsation installe un beau climat de tension, même si le riff fait penser à Sweet Dreams des Eurythmics. À l’inverse, Age of Anxiety II (Rabbit Hole) souffre de ce manque d’entrain que j’évoquais. C’est correct, mais à presque sept minutes, ça devient vite redondant.

Comme c’est maintenant devenu son habitude, Arcade Fire a imaginé WE comme un disque concept au sens large. Ainsi, l’album se présente en deux parties : la face I (« je ») et la face WE (« nous »). Les chansons sont aussi subdivisées en sections, même si le procédé semble parfois arbitraire, en particulier sur End of the Empire, séparées en quatre parties, mais toutes avec le même rythme, et qui rappelle Imagine de John Lennon et le David Bowie de l’époque Ziggy Stardust.

Le lien qui rassemble Unconditional I (Lookout Kid) et Unconditional II (Race and Religion) est ténu lui aussi. La première est assez quelconque musicalement, sorte de ballade folk sur laquelle Win Butler parle à son fils, tandis que la seconde est dans la mouvance de Sprawl II (Mountains Beyond Mountains). C’est du Régine Chassagne à son meilleur, avec des chœurs (trop discrets) signés Peter Gabriel.

Arcade Fire avait visé juste en choisissant Lightning I, II comme premier extrait de l’album. C’est effectivement la chanson la plus réussie ici, avec un côté fédérateur et rassembleur qu’on n’avait pas entendu depuis The Suburbs. Les chœurs, la batterie énergique, les clappements de mains, les arrangements, le violon, tout est à sa place, et nul doute que ça va pétarader en concert. D’un côté, on devine bien que la chanson est propulsée par la nostalgie d’une époque lointaine, mais personnellement, j’écoute du Arcade Fire pour me sentir transporté, et ça le fait à merveille.

Si les textes constituaient un des défauts d’Everything Now, ils sont mieux réussis ici, avec un meilleur équilibre entre des thèmes personnels et d’autres plus universels sur les tourments de notre époque, sans que ça sonne trop moralisateur. Cela dit, Arcade Fire s’en remet encore à des formules un peu simplistes du genre « Love is hard, sex is easy » du précédent album, comme dans End of the Empire IV:

« I unsuscribe

I unsuscribe

This ain’t no way of life

I don’t believe the hype ».

– End of the Empire IV (Sagittarius A*)

Malgré tout, Arcade Fire peut dire mission accomplie. Le groupe a su tourner la page sur l’épisode Everything Now pour présenter quelque chose qui aurait le potentiel de ramener les fans de la première heure au bercail sans renier non plus son passé récent. La réalisation de Nigel Godrich (Radiohead) permet aussi au groupe de renouveler son esthétique vers quelque chose de plus texturé, moins clinquant que sur Everything Now. Mais ça reste une mission périlleuse. Autant on sent un effort réel de revenir à une expression plus sincère, moins négative (malgré les références aux méfaits de l’Internet, encore), autant on a l’impression que le groupe a voulu tout faire, parfois dans une même chanson. Mais bon, c’est Arcade Fire après tout.