Critiques

Angel Olsen

All Mirrors

  • Jagjaguwar Records
  • 2019
  • 49 minutes
9
Le meilleur de lca

Il était grand temps qu’on en parle de ce nouvel album d’Angel Olsen! Paru il y a un peu plus d’un mois, All Mirrors s’est attiré une avalanche de critiques élogieuses et a déjà réservé sa place sur la plupart des tops de fin d’année. Et pour cause : il s’agit de loin de l’œuvre la plus aboutie de l’auteure-compositrice-interprète américaine, pleine de splendeurs orchestrales et marquée du sceau de l’intemporalité.

Je ne ferai pas ici une critique « classique » de cet album puisque je présume que la plupart des mélomanes ayant suivi le parcours d’Angel Olsen depuis ses débuts en 2012 y ont déjà prêté l’oreille. Je crois aussi que tout a pas mal été dit sur les qualités d’All Mirrors. Je tenterai plutôt de situer l’importance de ce quatrième album en carrière pour l’artiste native de St-Louis, et qui vient confirmer son statut parmi les voix féminines les plus fortes en ce moment en musique populaire.

La beauté d’All Mirrors vient en bonne partie du fait que ce n’est pas l’album qu’on attendait (espérait?) d’Angel Olsen. Au beau milieu de la tournée qui a suivi la sortie du disque My Woman, la musicienne a vécu une sorte de crise existentielle à la suite d’une rupture douloureuse. Elle a confié s’être sentie isolée des gens autour d’elle. C’est curieux, j’étais à son concert au Rialto en décembre 2017 et je me souviens de l’avoir trouvée particulièrement statique, comme si le cœur n’y était pas. Loin de moi l’idée de faire de la psychologie à cinq cents et de présumer de son état d’esprit ce soir-là en particulier, mais la qualité de sa prestation a évidemment pris un autre sens pour moi lorsque j’ai lu ses commentaires en entrevue par la suite.

Toujours est-il qu’Angel Olsen a alors décidé qu’elle écrirait son prochain album de la même façon qu’elle avait composé ses premiers, en travaillant pratiquement seule, histoire de se concentrer sur l’essence pure de ses chansons. On aurait pu croire que cette décision signifierait un retour à l’esthétique lo-fi qui avait caractérisé Half Way Home (2012) et Burn Your Fire for No Witness (2014), mais c’est tout le contraire qui s’est produit. En effet, elle a plutôt fait appel à Ben Babbitt et Jherek Bischoff dans le but d’enrober ses nouveaux morceaux d’arrangements somptueux, grâce à la présence d’un orchestre à cordes de 12 musiciens, avec pour résultat qu’All Mirrors s’avère son album le plus ampoulé et le plus soigné sur le plan de la forme.

Les amateurs d’Angel Olsen se divisent généralement en deux groupes : ceux qui la préfèrent en format dépouillé comme à ses débuts, sorte d’alliage entre le folk-rock poussiéreux du Velvet Underground et l’approche vocale d’une Loretta Lynn; et ceux qui ont embarqué dans son virage un peu plus lisse sur My Woman. En ce sens, All Mirrors s’inscrit dans cette même progression vers une plus grande complexité dans la proposition. Ce n’était pas nécessairement un choix facile à faire, en raison des textes empreints de vulnérabilité du nouvel album, mais la pop grandiloquente d’All Mirrors s’avère finalement le parfait contrepoint à cet univers triste.

Il est inutile d’énumérer les titres-phares de ce nouvel opus, il y en a trop. Il y a la puissante Lark en ouverture, où Olsen s’adresse à son ex; l’entraînante What It Is où la splendeur des cordes ne parvient pas à faire oublier la dureté du texte (« You just wanted to forget / That your heart was full of shit! »); la magnifique ballade Chance, enrobée d’un glamour digne d’une comédie musicale des années 50.

On peut bien sûr trouver que ces nouvelles chansons auraient été mieux servies par une production moins léchée (signée John Congleton). En musique, l’authenticité se mesure souvent par le degré de dépouillement (Bob Dylan a été hué quand il a joué de la guitare électrique sur scène en 1965!) Mais comme Weyes Blood et son Titanic Rising paru plus tôt cette année, All Mirrors fait la preuve qu’une pop sophistiquée peut aussi venir renforcer la puissance dramatique de la musique…

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.