Critiques

Aminé

Limbo

  • Republic Records
  • 2020
  • 44 minutes
7

C’est la chanson Caroline sortie en 2016, quatre fois platine aux États-Unis en plus d’avoir 300 000 millions de vues sur YouTube, qui a lancé la carrière du rappeur Aminé. Plusieurs croyaient alors en un “one hit wonder” à l’époque. Par contre, le jeune rappeur a prouvé le contraire avec le simple REEL IT IN en 2018. Au début de la présente année, Aminé lance la chanson Shimmy qui vient capter l’attention des fanatiques de la scène hip-hop. Il annonça plus tard la venue de son deuxième album, Limbo, disque lancé sur les plateformes numériques le 7 août dernier.

Dans cet album on y retrouve un rappeur très polyvalent, comme à son habitude. Il peut manier plusieurs styles différents et cet album le prouve encore une fois. L’album débute dans une atmosphère old school rap avec la pièce Burden pour ensuite se moderniser avec un flute trap intitulé Woodlawn. Adam Aminé Daniel, de son nom complet, nous offre même des pièces plus pop/R&B avec Can’t Decide et Easy. Il y a même des pistes contenant à la fois rap et chant de sa part : Compensating et Becky. Par contre, il veut s’assurer qu’on n’oublie pas qu’il est un rappeur à la base : des chansons comme Shimmy et Pressure in My Palms viennent nous le rappeler.

Aminé aime ce qu’il fait et ça paraît. Il a une énergie positive et contagieuse. Il connaît d’ailleurs très bien sa culture hip-hop. On a droit à plusieurs références à cette culture au cours de l’album. Il y en a des assez évidentes comme les chansons Shimmy et Mama qui réfèrent respectivement aux pièces Shimmy Shimmy Ya de Ol’ Dirty Bastard et Dear Mama de 2Pac. Par contre, il y a des références plus subtiles, comme dans la pièce Pressure in My Palms quand le rappeur lance :

« Come on, homie, we major, we major?

Come on, homie, we major. »

– Pressure in My Palms

C’est une référence à la pièce We Major de Kanye West, qui est loin d’être l’une de ses plus populaires. Je répète, Aminé connait son hip-hop.

Plusieurs collaborations intéressantes viennent garnir le projet. Que ce soit la mégastar du trap Young Thug, les chanteurs/chanteuses R&B Charlie Wilson et Summer Walker ou les rappeurs JID, slowthai, Vince Staples et Injury Reserve, tous apportent une touche personnelle au projet. D’ailleurs, le rappeur Stepa J. Groggs du groupe Injury Reserve est décédé en juin dernier. Disons que certaines lignes qu’il lance frappent droit au coeur… :

« Either time’s flyin’ or my mind is playin’ tricks

Can’t believe my baby girl’s already turnin’ six

Pray you nothin’ like your daddy, stay away from drugs

Hope I can be half the father that my mama was »

Il y a aussi présences de plusieurs producteurs différents sur l’album, ce qui en explique la richesse. On retrouve des collaborateurs habituels comme Pasqué (Roots, Pressure in My Palms, Riri et plus) et Parker Corey de Injury Reserve (Roots, Fetus), mais aussi d’autres producteurs renommés comme Yung Lan (Woodlawn), T-Minus (Can’t Decide, Compensating) et le duo Vinylz & Boi-1da (Shimmy, My Reality). À noter que les trois derniers sont des collaborateurs fréquents de Drake.

On comprend donc que Aminé vise très haut!  La passion et le plaisir qui habite Aminé quand il fait de la musique sont facilement transmissibles. Son énergie, sa diversification et son talent indéniable l’empêchent de faire de la mauvaise musique. C’est pour ces raisons que Limbo est un bon album, l’un des meilleurs côté rap en 2020 jusqu’à présent.