Critiques

Alaclair Ensemble

Le sens des paroles

  • 7e Ciel
  • 2018
  • 56 minutes
8,5
Le meilleur de lca

« Je réalise que le mumble rap est définitivement arrivé au Québec. Les rappeurs francophones qui gagnent des Félix qui font clairement du mumble rap. Pourquoi c’est clairement du mumble rap? La moitié de ce qu’ils disent on comprend rien. »

— Quelqu’un qui est échantillonné sur De partout

Il est toujours rafraîchissant d’entendre quelqu’un se plaindre de ce qu’Alaclair fait, en parlant de la pauvreté de la langue tout en faisant 3 fautes de français. Alaclair Ensemble est de retour avec une brique, un fanal, une tonne de rimes et une confiance renforcée par le succès qui est enfin au rendez-vous.

Depuis, Les Maigres blancs d’Amérique du noir, le groupe n’a pas fait paraître un album faible et ça ne change pas avec Le sens des paroles, un album un peu plus sérieux qui ne tournent pas le dos pour autant à leur humour acide. Entre rire des gens qui critiquent leur démarche et faire des pièces qui frôlent la parodie avec FLX, la bande de minces du Bas-Canada nous envoie quelques chansons un peu plus sérieuses. Notamment La Famille, une pièce que ceux qui ont vu le groupe en concert cet été ont déjà entendue.

Malgré ce nouveau ton sérieux, on y retrouve encore des perles langagières qui vont faire sourire :

J’ai l’argent du beurre et le beurre, je voulais juste clarifier

— Maybe Watson sur De partout

Quand même clean y va d’une pièce tropicale qui n’est pas sans rappeler ce que FouKi propose, mais avec une production de Vlooper qui frappe fort comme toujours. D’ailleurs, le compositeur accouche de plusieurs grosses trames pour ses comparses. 0 à 120 avec son échantillon de piano jazzé sur laquelle il ajoute des échantillons de voix. Alors que sur Pied sul gaz, il livre une pièce avec une guitare acoustique qui vire au piano en plein milieu avec des cuivres et tout. Décidément, il est en forme.

On n’y trouve pas de pièce phare comme Ça que c’tait et c’est très bien comme ça. Ils ont eu leur gros succès radio (ouain… mettons) et heureusement, Alaclair Ensemble n’a pas fait l’erreur de tenter de répéter le même succès en 36 déclinaisons. Ça démontre l’intelligence du groupe qui ne succombe pas à la tentation de se travestir pour augmenter son rayonnement.

Une constatation s’impose aussi, Alaclair Ensemble n’a tout simplement pas de faille, tous les MCs ont leur propre personnalité et joue sur ses forces. Ça donne des moments forts de chacun d’eux : De partout pour Robert Nelson et Eman, Kikiridki pour Maybe Watson, 0 à 120 pour KNLO et La Famille pour Claude Bégin.

Après le succès marqué de Les frères cueilleurs, ce n’était pas facile d’égaler le même niveau sur Le sens des paroles. Et pourtant, Alaclair Ensemble relève le défi haut la main et présente un album avec des grosses chansons, une collaboration surprenante (Souldia sur FLX!), bien de la raillerie et des trames musicales de grande qualité.

 

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.