Critiques

Aaron Frazer

Introducing…

  • Easy Eye Sound
  • 2021
  • 43 minutes
7,5

Il est loin le début des années 2000 … quand on redécouvrait la musique à guitare et la pose de poète au spleen irrésistible. Pour ma part, j’avais pris le wagon en retard … un jour que je séchais les cours, j’étais allé m’enfermer dans une salle obscure. Ils jouaient The Boat That Rocked, les premiers accords rauques de All The Day and All of The Night résonnèrent. Frissons le long de la colonne vertébrale, sueurs froides et l’envie d’en découdre… Pendant 10-15 ans nous fûmes obsédés par les 60’s révolutionnaires, et toute l’iconographie qui s’y rattache. Rétro donc…

Rétro, c’est un adjectif qui définit bien le son de Aaron Frazer. Songbird au falsetto cristallin qui nous fait démarrer notre année musicale sur les chapeaux de roues. Et les roues sont celles d’une Cadillac au capot interminable.

Quelques Lucky Luke de la critique rock auront déjà déclaré que Aaron Frazer associe à merveille le son vintage et moderne. Non, le gars Frazer est rétro jusqu’à la corne, est c’est très bien comme ça. Tu ne te gomines pas la tignasse comme ça, en enfilant des chemises de bowling et les lunettes du comptable dans Mad Men pour faire du Angèle.

Frazer, vocalement, c’est essentiellement Eddie Kendricks qui rencontre Junior Murvin, un falsetto à la fois suave (l’alangui You Don’t Wanna Be My Baby) et canaille (la dangereuse Can’t Leave It Alone), mais aussi délicat et précis (Have Mercy).

Le jeune homme découvrit cette voix si particulière alors qu’il avait composé un titre pour son groupe précédent, Durand Jones and the Indication, pour lequel il tient alors les fûts. Il teste une maquette avec sa voix « normale », pas satisfait, il se dit que Durand fera le job. Puis il essaie en voix de tête. « And the rest is history ».

Un peu plus tard, Dan Auerbach, le génie discret, fondateur des Black Keys et du label Easy Eye Sound, s’amourache de la voix du batteur bien peigné, en découvrant le fameux titre (Is It Any Wonder), et lui propose de faire un album dans ses studios de Nashville.

Une semaine en tout, dont quatre jours d’écriture et seize prises de voix, c’est le temps qu’il aura fallu à ces deux énergumènes fous de musique pour accoucher de Introducing …

Et c’est une galette formidable. Qui sent bon l’échoppe de ton antiquaire préféré. Auerbach, en magnat d’un blues rock épais, y a inscrit sa patte oui, mais tout en mettant en valeur le jeune vocaliste. Écoutez plutôt les guitares pleines de fuzz de Can’t Leave It Alone et You Don’t Wanna Be My Baby ou encore l’intro déchirante de Girl On The Phone.

Auerbach a aussi convoqué le gratin des musiciens de studio (notamment certains membres des éminents Memphis Boys), et ça s’entend. Le combo basse-batterie est sans faille. Son travail de réalisation fait de cet opus un condensé des meilleures musiques de la seconde moitié du 20e siècle, et un écrin parfait pour la voix de Frazer, qui peut s’exprimer, tantôt de façon sensible et heurtée, tantôt plus lyrique.

Une myriade de styles se rencontrent ici. Soul motown, If I Got It (Your Love Brought It), avec le piano acoustique. Funk et disco, (Bad News et Done Lyin’) .

Reggae avec Have Mercy et ses chœurs opalescents, puis Over You, frénétique, avec son orgue envoûtant et son refrain contagieux et tubesque (le clip n’est pas mal non plus).

Un country blues étrange et clairvoyant (Love Is), avec sa mélodie qui gravite autour d’une pentatonique entêtante et rappelle certains titres du King dans les 70’s.

Puis, spiritual lent et possédé, avec la chanson de fermeture Leanin’ On your Everlastin Love. Sa suite d’accord épicée, sa mélodie piquée au Bring It On Home To Me de Sam Cooke et son solo de guitare qui va à l’essentiel. Mais aussi, et surtout, son empilement de notes chantées (technique inspirée du Twist & Shout des Beatles), dans ce cas précis, une voix peu fausse, mais spontanée.

Ce qu’assumais d’ailleurs Frazer, en déclarant à Billboard.com que de travailler avec Dan lui a permis d’embrasser les défauts et la spontanéité qui apparaissent dans le processus d’enregistrement.

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.