Critiques

A Place To Bury Strangers

See Through You

  • Dedstrange
  • 2022
  • 52 minutes
7,5

Depuis 2003, A Place to Bury Strangers s’évertue tant bien que mal à s’affranchir de cette persistante étiquette « d’émule de Jesus and Mary Chain ». C’est que le trio new-yorkais mené par Oliver Ackermann (chant et guitare), et complété par Sandra Fedowitz (batterie) et John Fedowitz (basse), nous fait entendre de manière obsessionnelle des guitares hautement saturées de distorsion, camouflant habilement la faiblesse de leurs chansons et validant cette ressemblance flagrante avec la musique des frères Reid.

En 2018, le groupe nous présentait Pinned; une épopée distordue d’une durée de plus d’une heure qui, encore une fois, avait laissé plusieurs critiques sur leur appétit. Néanmoins, sur cet opus, Ackermann et ses acolytes ont eu la lucidité d’intégrer quelques boucles électroniques afin de détourner l’attention des habituelles salves de guitares, sans que ce soit pleinement concluant, bien entendu.

Enregistré en 2021 en plein confinement (on ne sait plus lequel !), A Place to Bury Strangers nous propose un nouveau long format titré See Through You. Considéré par plusieurs comme le groupe new-yorkais le plus bruyant, le trio solidifie sa réputation, mais on note d’abord et avant tout un effort compositionnel plus soutenu. Le mur de son est accru, les rythmes électroniques accentuent l’impression d’entendre un groupe électro-punk et quelques pièces recèlent des ascendants industriels.

Sans qu’on assiste à une réinvention sonore en bonne et due forme, ce nouvel album est accrocheur, efficace et musicalement assez varié. Compte tenu du fait que le groupe nous présente depuis des lustres un shoegaze / noise-pop typé, l’attention que le groupe porte à son écriture chansonnière mérite d’être soulignée.

En plus d’avoir bonifié la qualité de leurs chansons, la formation accélère dangereusement la cadence, délaissant les morceaux atmosphériques au profit de pièces énergiques et explosives. Des chansons comme So Low, Dragged In A Hole, Anyone But You et My Head Is Bleeding sont totalement déflagrantes. Les habitués de la formation ne seront pas en reste avec des pièces comme Hold On Tight et Broken. Le refrain de Ringing Bells évoque les meilleurs moments du duo The Raveonettes. Ackermann nous offre même deux chansons « d’amour » : I Disappear (When You’re Near) — le titre dit tout — et l’un des morceaux les plus enjoués du répertoire d’A Place to Bury Strangers, Love Reaches Out.

S’il n’y avait qu’un seul impair à signaler, c’est cette réalisation basse fidélité adoptée depuis toujours par Ackermann qui amenuise cette fois-ci la puissance qu’aurait pu obtenir ces nouvelles chansons. A Place to Bury Strangers est l’un de ces rares groupes rock qui mériteraient une réalisation plus lustrée. Qu’à cela ne tienne, la multitude de pédales et effets, élaborés par Ackermann lui-même, combinée à l’excellence des chansons font de ce See Through You, une excellente distraction rock… même si pour un dégraissage d’oreilles en règle, on aura toujours une préférence pour Psychocandy !