Chroniques

Marie-Ève Laure

Le concours Chante en français, vu par la lauréate Marie-Ève Laure

Chante en français récompense les auteurs-compositeurs / autrices-compositrices et les interprètes québécois.es en début de carrière. Pour la première fois depuis 2003, le concours montréalais n’a malheureusement pu se tenir au printemps dernier. Heureusement, l’équipe derrière le concours a travaillé dur pour que la 18e édition soit partie remise.

En effet, les participants devront attendre au printemps 2021 avant de tenter de décrocher l’un des prix, bourses ou distinctions de Chante en français. Ce sont des honneurs qu’ont remporté auparavant des artisans de la chanson francophone comme Klô Pelgag, Alex Nevsky ou encore Sarah Dufour. Les derniers à avoir remporté le Premier prix Auteurs-compositeurs-interprètes en 2019 furent les membres du duo vice E roi, après leur passage aux Francouvertes.

Marie-Ève Laure
Crédits photo : Annie Diotte

Parmi les lauréats de cette 17e et plus récente cuvée, on retrouve celle pour qui la chance a tourné lors de son passage ; l’autrice-compositrice Marie-Ève Laure. Après avoir été écartée du concours, elle s’est qualifiée contre toute attente pour la finale, puis est repartie à la maison avec le Prix Coup de coeur du public ainsi que le Prix Stingray — une bourse qui lui a, entre autres, permis de se classer en tête de palmarès dans plusieurs radios.

Marie-Ève ne s’était pas classée pour se rendre en deuxième ronde du concours, mais le destin s’est chargé de la ramener parmi les finalistes. « En fait, c’est super drôle, parce qu’un candidat s’est désisté à la veille du show et j’étais la personne “juste limite”, en-dessous! Alors ouais, on m’a appelé en me demandant si j’avais envie de participer », raconte-t-elle. En deux temps trois mouvements, la jeune chanteuse a envoyé ses compositions, elle est passée en demi-finale, puis en finale et elle est ressortie du Théâtre Plaza de Montréal les mains pleines. « Mais c’était si drôle! Y’a des gens du concours qui m’en reparlent encore aujourd’hui, de cette anecdote », dit-elle en riant. 

Marie-Ève voit Chante en français comme un « incontournable » de la scène émergente à Montréal. « C’est une expérience enrichissante! On voit que c’est tenu par des gens qui travaillent pour les bonnes raisons, qui sont là pour vraiment aider les artistes », s’exclame Marie-Ève lors de notre échange. En effet, tout de A à Z — les formations, les entrées aux concerts, les frais d’inscription — est assuré par la Fondation Do-Mi-Sol des aînés de Montréal. « Ça te donne tellement un beau coup de pouce en début de carrière. Pis c’est pas juste un concours pour auteurs-compositeurs, c’est une compétition pour les artistes émergents qui veulent faire de la chanson “autrement” », précise-t-elle.

« Il y en a vraiment beaucoup, des concours de musique au Québec. Mais Chante en français, ce qui le distingue, c’est que même si t’es pas pris, tu as quand même accès à toutes les formations gratuites offertes avec le concours. Tsé, ça a été une école tellement formatrice pour moi. Que j’aie pas été sélectionnée voilà 4 ans, ou bien que j’aie pu y participer en 2019, ça a été deux événements très importants pour mon parcours, pour moi dans mon cheminement.

Marie-Ève Laure

Pour dire qu’il y a une tonne de concours musicaux dans la province, Marie-Ève en sait quelque chose. La jeune femme est passée par La Voix (2016), Ma première Place des Arts (2018), le Festival de la chanson de Saint-Ambroise (2019), name it!

Source : Chante en français (Facebook)

Malgré le ralentissement provoqué par la pandémie mondiale, l’année 2020 a été mouvementée pour Marie-Ève Laure. Une nomination à l’ADISQ pour Album country féminin, des concerts virtuels, un déménagement aux Îles-de-la-Madeleine… et un retour en studio, beaucoup plus tôt que prévu.

« Quand la saison estivale a été annulée, c’est là que j’ai décidé de retourner à la création en studio. Mon premier album n’avait même pas un an quand j’ai pris cette décision-là. Alors me voilà, avec un disque qui sortira en 2021. Je retravaille des chansons qui existaient déjà, tandis que d’autres se sont rajoutées au passage », explique-t-elle.

« Je suis retournée avec la même équipe et le même studio que j’avais recrutés pour Onze, au India à St-Jean-sur-Richelieu ». C’est donc avec le guitariste Jean-François Beaubec qui travaille sur l’émission Belle & Bum et avec Brigitte Boisjoli, Jean-Pierre Ferland, Alexandre Désilets que Marie-Ève collabore pour la réalisation de son deuxième.

L’artiste souhaite que Chante en français 2021 se passe comme prévu, en soulignant qu’elle espère pouvoir y assister, puisqu’elle fait partie des invités d’honneur de la 18e édition. « Mon rôle en tant que tel n’a pas encore été décidé [si elle sera mentor, coach, juge, etc]. Mais c’est sûr que si j’ai la chance d’être présente au gala, j’aimerais ça pouvoir être là pour encourager les candidats, pour partager mon expérience avec eux », conclue-t-elle.

Les inscriptions sont ouvertes en ce moment! Vous pouvez vous inscrire ici!

Crédit photo: Instagram

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.