Chroniques

Marée du loup

Les marées de Petite-Vallée: l’esprit rassembleur de Martin Léon

Aujourd’hui, on s’entretient avec le musicien, chanteur, arrangeur et compositeur de musique de film Martin Léon. Ce grand ami de Louis-Jean Cormier s’est occupé de la mise en scène de La marée du Loup, un spectacle au concept rassembleur et poétique qui aura lieu le 10 juillet prochain à l’Esplanade du Théâtre de la Vieille Forge lors de la 38e édition du Festival en chanson de Petite-Vallée.

Petite-Vallée n’était pas à bout de créativité cette année. En effet, l’événement gaspésien a demandé à Louis-Jean Cormier, Klô Pelgag et Tire le Coyote de réunir des artistes avec lesquels ils avaient envie de bâtir un spectacle de grande envergure. De ces collaborations sont nés trois concerts thématiques qu’ils ont baptisés Les grandes marées.

Louis-Jean Cormier
Résidence à Hector-Charland de La marée du loup
par Bertrand Exertier

Rejoint par téléphone, Martin Léon se trouve au Théâtre Hector-Charland où il répèteavec Louis-Jean Cormier, Vincent Vallières, Beyries, Matiu, Cindy Bédard, Gab Bouchard et Laura Niquay. J’attrape Léon alors qu’il est sorti prendre l’air durant sa pause dîner. « Ça se passe très bien! s’exclame l’artiste qui roule sa bosse depuis plusieurs décennies déjà. Je découvre des artistes absolument formidables. […] C’est une belle gang avec de belles voix chacun chacune, dans leur univers respectif, et qui réussissent avec leur ouverture d’esprit et leur ouverture du coeur à se mélanger! »

On se lance rapidement dans le vif du sujet, à savoir ; à quoi peut-on s’attendre du show? « C’est un show… Un peu cabaret, éclaté et poétique! On l’a baptisé ‘Le Cabaret du Loup’, qui se passe la nuit et à l’aube, à l’heure des loups », me confie Léon. La poésie n’est pas un terrain inconnu pour Martin Léon, qui, en 2014, a travaillé à mettre en musique et en scène l’oeuvre Douze hommes rapaillés du poète québécois Gaston Miron pour le spectacle La Symphonie rapaillée.

Le musicien âgé de 55 ans n’en est pas à son premier BBQ avec certains des artistes de La marée du Loup. Un grand ami de Cormier, ensemble ils avaient monté, en 2017, un plateau double pour les FrancoFolies de Montréal. Plus récemment, Léon a aussi participé à la co-écriture du dernier album de Vincent Vallières, Toute beauté n’est pas perdue, et la mise en scène du spectacle de ce dernier. Les autres, il a l’immense plaisir de les rencontrer.

Laura Niquay
Résidence à Hector-Charland de La marée du loup
par Bertrand Exertier

Un baume pour les artistes et le public

Martin Léon se montre plus qu’heureux de pouvoir partager à nouveau de la musique entre «êtres humains». « C’est super l’fun de se retrouver en présence physique avec d’autres êtres humains, puis offrir aux gens un spectacle comme celui-là, qui va apporter de la poésie, de la lumière, des rires, de la joie et des émotions dans le coeur de ceux qui vont assister au spectacle. »

Celui qui s’est autrefois lancé en politique provinciale nous rappelle au bout du fil que sans l’art, la société perd son équilibre. C’est un fait auquel nous avons été confrontés lors de la tempête pandémique, que nous traversons toujours aujourd’hui.

« Les Québécois, les spectacles ça leur a manqué, dans l’année qui vient de passer. Ils sont avides, ils ont faim et soif d’entendre des mélodies, de voir des lumières et des projections, de sentir des choses. Je vérifie ma croyance une fois de plus cette semaine, ici à la salle Hector-Charland : les spectacles, la musique et les arts sont importants pour l’équilibre des êtres humains. […] Ça nous rassemble de l’intérieur. […] Telle est la force et l’importance de l’art dans une société. C’est notre ciment. Faudra jamais couper là-dedans…» 

« J’espère que ceux qui tirent les ficelles de notre société se sont rendu compte à quel point c’est important de ne pas nous priver des arts et des spectacles », souhaite Léon.

Le metteur en scène Martin Léon
Résidence à Hector-Charland de La marée du loup
Bertrand Exertier

Beaucoup de projets et… un album?

Outre La marée du Loup, Martin Léon s’est affairé à une foule de projets dans les derniers mois. L’artiste a entre autres signé la musique du long-métrage My Salinger Year (2020) de Philippe Falardeau, pour laquelle il vient tout juste de remporter l’IRIS de la Meilleure bande-originale, le 6 juin dernier. « Je suis super content! C’est mon troisième. Yes! »

À la télé, il retrouvera bientôt son complice de toujours — Falardeau — et Florence Longpré dans une minisérie qui sera révélée cet automne sur Club Illico et s’intitulant Autant en emporte les framboises, pour laquelle il signe encore une fois la trame sonore.

Et c’est sans oublier l’album de Vallières paru cette année. De plus, Léon me confie qu’il est actuellement en train d’écrire de nouvelles chansons pour son projet solo, 11 ans après Les Atomes. Pour ceux qui avaient envie d’une suite à cet excellent disque, est-ce que l’attente sera encore longue? « Ça arrivera “peut-être” au début de l’année prochaine… », laisse-t-il sous-entendre.

Assistez à La marée du Loup le 10 JUILLET 2021 | 20:00 | ACHETER UN BILLET

*Cet article a été rédigé en collaboration avec le Festival en chanson de Petite-Vallée.