Chroniques

Les EP de mai

BABYLONES – BABYLONES

a0105005011_10Babylones, c’est le projet pop de deux ex-Erewhon, Benoît Phillie (voix et guitare) et Charles Blondeau (batterie et voix) qui ont été rejoints par Mathieu Edward à la basse et Benoît Parent aux claviers et à la guitare. Babylones présente ici un premier maxi après avoir partagé la scène avec Patrick Watson et Yann Perreau. Fans des années 60 et 70, le quatuor actualise le son de l’époque en créant des atmosphères claires et variées. La lascive L’amour en Corée du Nord, où une Grenadine mielleuse donne la réplique, fait partie des beaux coups de ce maxi réalisé par George Donoso III. Une pop bon enfant qui s’harmonise bien avec l’ouverture des terrasses!

www.babylones.ca/


 

BRAVE RADAR – MESSAGE CENTER

a3693140477_10Brave Radar a débuté comme un projet solo du guitariste australien Conor Prendergast. Après un atterrissage à Montréal, il rencontre Tessa Smith, qui non seulement rejoindra Conor en prêtant sa basse et sa voix au groupe, mais en fondant également Fixture Records. Ces deux acteurs trop méconnus de la scène montréalaise ont ensuite enrôlé Gabriel Ng à la batterie. L’ensemble donne dans un rock champ gauche qui offre des mélodies bizarres et fascinantes. C’est un peu comme du Mac Demarco, mais en plus déjanté… imaginez! On craque pour l’hypnotique Get In Step et l’énergique Too Long Weekend.

braveradar.tumblr.com/


 

PANDALÉON – À CHACUN SON GIBIER

Pandaleon-A-chacun-son-gibier-Bible-urbaine-Cover-300x300Issu de la campagne ontarienne, Pandaléon arrive avec son premier maxi sous l’étiquette Audiogram. Le trio composé des frères Jean-Philippe (batterie et voix) et Frédéric Levac (claviers et voix) est complété par Marc-André Labelle à la guitare. D’ailleurs celui-ci sait faire sonner son instrument, alternant entre un son clair et parfois fuzzé. Ce maxi volumineux de huit titres laisse présager que du bon pour le trio de St-Bernardin. Toune de chasse, le premier extrait, paru il y a quelques semaines, avait déjà titillé notre curiosité qui fût assouvie par Basse-cour et l’excellente Combler le vide.

www.audiogram.com/fr/artiste/pandaleon


 

LES DEUXLUXES – TRAITEMENT DEUXLUXE

a3548156507_10J’étais tombé sur les Deuxluxes pour la première fois aux Coups de cœur francophone alors qu’ils avaient mis le feu à l’Esco. Voici que le duo composé d’Anna Frances Meyer et du multi-instrumentiste Étienne Barry fait paraître leur premier maxi. La voix chaude et incarnée de Meyer crève les speakers alors que Barry, en plus de chanter, s’occupe de la guitare et de la batterie. C’est un genre de «one man band», mais à deux. Le duo affectionne le blues sale comme le prouve la pièce-titre ainsi qu’On The Road. Six pièces, dont deux «covers», qui swingent en ti-péché.

deuxluxes.bandcamp.com/releases


 

HEAT – EP

a0346790680_10Si vous aimez le rock’n’roll, alors vous allez adorer Heat qui débarque avec un premier maxi. Le groupe montréalais tire ses influences autant des Jesus And Mary Chain, que des bons moments des Strokes (oui, ça fait longtemps…) ainsi que d’Echo & The Bunnymen. C’est grésillant, c’est mélodique et c’est entraînant comme l’affirme la pièce Susisfine. C’est une voix grave et veloutée qui vous portera à travers les cinq pièces du maxi alors que les riffs de basse vous feront frétiller le popotin et les mélodies de guitares vous charmeront.

heat69.bandcamp.com/


 

RÖYKSOPP & ROBYN – DO IT AGAIN

Robyn-Royksopp-Do-It-AgainCe n’est pas la première fois que Röyksopp et Robyn travaillent ensemble. La paire de compositeurs électro avait déjà collaboré avec la chanteuse suédoise sur l’album Junior paru en 2009. Voilà que le trio se lance dans une tournée en plus d’accoucher d’un maxi conjoint. Construit autour de la pièce Do It Again, le maxi ne révolutionne rien, mais fera sans doute plaisir aux fans de Röyksopp ainsi que ceux de Robyn. La voix de la chanteuse s’acclimate très bien au travail des deux Danois et les pièces qui composent l’album le prouvent.

doitaga.in/


 

L’ESTRADE – L’ACCALMIE

L’Estrade est un nouveau venu sur la scène montréalaise. D’abord issu de l’union de Mikaël Rondeau (piano) et Émile Poulin (voix), le trio a pris son envol avec l’ajout du guitariste Sébastien Michon. Un maxi qui goûte l’hiver par ses arrangements électroniques plutôt froids et ses atmosphères évoquant l’hibernation. Lorsqu’ils se font hyperactifs (Passé derrière et La trêve en faisant foi) le groupe n’en demeure pas moins doux à l’oreille. Les mélodies vocales de Poulin sont faciles d’approche et réconfortantes.

lestrademusique.bandcamp.com/

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.