Chroniques

Les EP à LP de novembre 2018

Antoine Corriveau – Feu de forêt

Antoine Corriveau ne cesse de progresser. C’est certainement impressionnant de voir comment ses sonorités évoluent au fil des œuvres, sans non plus dénaturer sa personnalité. Feu de forêt reste un EP de chansons folk sombres et poétiques. Par contre, Deux femmes démontrent de nouveaux essais dans ses inflexions de voix alors que 1982 et la pièce-titre se montrent la qualité des sonorités que Corriveau intègre dans ses créations. Tout ça est complété par un duo avec Fanny Bloom, Mon coeur paré passera partout. C’est sublime. Rien de moins.

Gaël Faye – Des fleurs

Gaël Faye est de retour avec un EP, Des fleurs, un après le succès de Rythmes et botanique, qui l’a ramené au-devant de la scène. Cet auteur capable aussi d’habiter une scène avec confiance et habileté présente 5 titres dont son duo très réussi avec Flavia Coelho titrée Balade brésilienne. Tout n’est pas aussi ensoleillé sur l’EP, Jackie Jacky Jack, joue sur des sonorités de jazz noir et un peu de gospel. C’est bien sûr les textes qui retiennent l’oreille chez Faye comme l’impressionnante By avec son côté dénonciateur et son rythme contagieux.

Ghostly Kisses – The City Holds My Heart

Margaux Sauvé et sa voix magnifiquement fantomatique sont de retour avec l’EP The City Holds My Heart qui voit la jeune créatrice prendre un chemin sonore un peu différent. Pour Ghostly Kisses, c’est un peu différent cette fois et les arrangements dans les chansons sont un peu plus dynamiques que sur l’excellent What You See, paru l’an dernier. On y retrouve encore de solide mélodie, mais cette fois, la musique se fait plus présente comme sur Héloïse où la voix de Sauvé se fond dans le mix par moment.

Naya Ali – Higher Self

Naya Ali arrive sur la scène hip-hop avec une tonne d’attitude. On la retrouve sur un premier EP intitulé Higher Self qui emprunte beaucoup à la scène pop en rap américain qui joue beaucoup sur la mélodie plutôt que l’intelligence de la plume. Par contre, Ali arrive en plus avec une bonne plume capable de tisser des toiles intéressantes. On y retrouve de grosses influences de M.I.A. dans son débit et de belles nuances qu’elle utilise avec finesse. Parmi les pièces réussies, Rails sur laquelle Ali livre les mots avec une agilité bien appréciable. Une jeune MC qui fait encore quelques petites maladresses, mais qui est à surveiller.

JUSS – 17 minutes

Ils sont jeunes, ils sont punks, ils sont pleins de hargnes et ils s’appellent JUSS. La formation punk lançait récemment son premier EP. Le groupe compte des gens connus de la scène souterraine, Charlie (Fuck U Kaliss), Eliott Durocher (Mon Doux Saigneur, zouz) et David Marchand (zouz, Mon Doux Saigneur, Eliza) qui sont rejoints par Laurent. Tout ce beau monde fait un punk plutôt agressif qui se rapproche du hardcore par moment comme avec MIRC et qui se fait plus mélodieux à d’autres moments avec Liqui-Gel.

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.