Chroniques

FIJM 2018 : La série Invitation TD, des rencontres créatives

Contenu commandité par la TD

Le Festival International de Jazz de Montréal se met en branle pour sa 39e édition.  Nous nous sommes penchés sur la série Invitation TD  qui met de l’avant des rencontres uniques, ou à tout le moins inhabituelles. Pour mieux comprendre le pourquoi du comment, nous avons parlé avec Maurin Auxéméry, programmateur au Jazz pour en savoir plus.

 

J’attrape Maurin Auxéméry alors qu’il est chez le saucissier, ça ne s’invente même pas. Nous sommes une semaine avant le Jazz et malgré ses cheveux frisés, il a le vent dans le toupet, mais au bout du fil, il semble heureux et épanoui. Trêve d’anecdotes, rentrons dans le vif du sujet. La série Invitation TD donnera l’opportunité au public montréalais d’assister à des événements uniques que les programmateurs chérissent : « La série invitation existe avant même que j’arrive au Jazz. C’est un des bébés des programmateurs du festival et c’est moi qui ai la chance de la booker. Il y a une excitation autour de cet événement. L’idée c’est de créer des rencontres qui peuvent être inusitées. »

 

Centré autour du plaisir

Ce qui se dégage de notre conversation est que le plaisir est central à cette série. Cette année, trois musiciens sont le cœur de festivités : John Medeski, Dr Lonnie Smith et Mark Giuliana. Le premier est un vétéran de la scène avant-gardiste jazz des années 90, le second est un organiste extraordinaire et le troisième est un jeune batteur qui mène le groupe Beat Music. Deux de ceux-ci vont même se rejoindre sous l’égide Medeski, Martin & Giuliana où les percussions seront à l’honneur : deux batteurs pour le prix d’un!

Notamment dans la série, John Medeski et Marc Ribot formeront un trio qui n’a jamais eu lieu sur scène. Ce sera donc la première fois, sur les planches du Gesù que les deux musiciens joueront dans cette formule. Et comment est-ce qu’on crée ses rencontres inusitées? « On choisit d’abord les artistes, ensuite on échange avec le gérant.  On envoie une idée, on échange et au bout d’un moment on se retrouve avec une sélection plutôt unique de spectacles. »

D’autres retrouvailles se feront sur scène. Celle de Mark Giuliana et sa femme Gretchen Parlato, qui, il y a quelques années, étaient une figure montante de la scène jazz. Elle s’est éclipsée quelques années, le temps que le couple fasse des enfants, mais voici qu’elle revient chanter de sa voix suave et chaude. Du côté du Dr. Lonnie Smith, il vient tout juste de sortir All in my Mind sur Blue Note. Il y aura aussi le projet Evolution qui met Alicia Olatuja, Sean Jones, Robin Eubanks, John Ellis, Jason Marshall, Jonathan Kreisberg et Johnathan Blake en sa compagnie sur scène.

 

Le plaisir des rencontres

Ce sont des spectacles qui sont aussi des événements, vu leur qualité éphémère. Pour ajouter à cela, Jill Barber et Jeremy Dutcher complètent la série. Ce dernier qui fait du chant Wolastoq (souvent appelés Etchemins au Québec) adapté à une technique de voix opératique est nommé sur la longue liste du prix Polaris.

Bref, tout ça pour dire que c’est une série bien intéressante et ce n’est pas pour rien : le plaisir évident du programmateur à parler des spectacles se répercute sur la proposition. C’est une série pour les mélomanes curieux et c’est beau à voir.

Il n’y a pas que les invitations qui sont soutenues par la TD. Le commanditaire est très impliqué dans le Festival de Jazz et entretient même une série à l’année. La zone TD sera un espace de repos pendant le festival où se restaurer et se mettre un peu de crème solaire. Et comme le goût de la musique se cultive dès le plus jeune âge, la TD soutient un camp de blues pour les jeunes de 13 à 17 qui se tiendra cette année du 30 juin au 6 juillet.

Bref, c’est une rencontre réussie une fois de plus entre le Groupe Banque TD et le Festival International de Jazz de Montréal.

 

 

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.