Chroniques

Dub Trio

IV

dub_trio_ivFormé à Brooklyn aux États-Unis, Dub Trio est un groupe qui porte bien son nom. Pourquoi me dites-vous? Tout d’abord parce qu’ils forment bien un trio de musiciens (au talent phénoménal de surcroît), mais aussi, car ils flirtent par moment avec la musique dub. En fait, pour être plus précis, ils adorent mélanger la musique dub au heavy métal très lourd.

Comment bien décrire Dub Trio? Vous savez, c’est le genre de groupe qui vous attrape à la gorge sans lâcher-prise ou presque. Les rares fois où le trio lâche prise, c’est pour vous donner une vraie claque en plein visage. Une bonne à part de ça. Tout ça sans le moindre mot dans leur musique. Ayant quelques albums à leur actif en carrière, j’aimerais surtout me concentrer sur leur plus récent. Il est paru sur les tablettes des disquaires en 2011 et porte le nom de IV.

L’album s’ouvre sur la pièce intitulée En Passant. Une pièce où les musiciens nous pellettent des tonnes et des tonnes de décibels dans les oreilles sans la moindre pitié pour nous. La seconde sur la galette se nomme Noise et elle ne servira assurément jamais comme musique lors d’un enterrement. Pistes numéro trois et quatre sur l’album, les chansons Swarm et Control Issues Controlling Your Mind sont d’une pesanteur inouïe. Elles sont si pesantes et écrasantes qu’elles pourraient faire rougir de honte le plus gros et le plus fort des sumos, rien de moins. Leur côté dub est clairement plus évident sur la piste numéro cinq nommée Ends Justify The Means. Un morceau carrément hypnotisant qui pourrait perturber le rythme cardiaque d’un athlète de haut niveau tant le rythme est déconstruit et la basse est grave.

Leur côté dub mélangé au heavy métal matraque hyper calculé revient aussitôt sur la pièce suivante Words. C’est suivi de Patient Zero et elle semble servir à se décrasser le canal auditif pis ça fait du gros bien sale! La prochaine à se pointer le bout du nez est uniquement composée de bruits électroniques; même votre poisson rouge pourrait avoir besoin d’aide psychologique après ça. Le tout se conclut admirablement bien avec Thousand Mile Stare.

Ces cols bleus du rock se nomment Stu Brooks, Dave Holmes et Joe Tomino. Ils détiennent une capacité hors norme à composer des riffs lourds. Ces puissants riffs sont parmi les plus pesants que je n’ai jamais entendus… Sans blague. Cette musique vient par moment tellement me chercher que j’ai l’impression de communiquer par télépathie avec les gars de l’orchestre. Et ce, sans aucuns frais interurbains. N’est-ce pas magnifique?

Pour vous donner une idée de ce dont ils sont capables, voici un extrait de concert enregistré en 2012.

Dub Trio
IV
ROIR Records
48 minutes
Paru en 2011

Liste des chansons:

01. En passant
02. Noise
03. Swarm
04. Control Issue Controlling Your Mind
05. Ends Justify The Means
06. Words
07. Patient Zero
08. 1:1.618
09. Thousand Mile Stare

dubtrio.com

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.