Chansons

Joni Void + N Nao

Primeur : Je Vois / Non-Dit

Dans le cadre de la série Corona Borealis de Constellation Records, Joni Void et N NAO ont de nouveau allié leurs talents pour nous offrir Je Vois / Non-Dit, une pièce expérimentale de près de 20 minutes!

Pour discuter de cette œuvre impressionnante, nous nous sommes entretenus avec Jean Cousin, l’homme derrière le pseudonyme Joni Void. La paire composée de N NAO (Naomie De Lorimier) et lui n’en est pas à sa première collaboration. La paire a fait paraître Nature morte chez Laaps le 22 octobre dernier.

LCA : Comment ça va? J’imagine que t’es pas mal content du Polaris de Backxwash, hein? En tout cas, moi je suis vraiment heureux pour elle. Elle le mérite tellement. 

JV: Bonjour ! On va dire que c’est un grand huit émotionnel, mais en santé/confortable donc, on ne va pas trop se plaindre non plus. Oui, par contre, cette news-là a définitivement fait son effet, d’autant plus que je n’avais aucun doute qu’elle gagnerait, sans être biaisé! Le jour même, elle me disait qu’elle n’y croyait pas, je lui disais que même si elle ne gagnait pas, c’est quand même une victoire en soi qu’elle soit arrivée là; et avec l’enthousiasme que tout le monde avait pour elle, il y aurait probablement eu du « backxlash » de ne pas la choisir. hehe.

LCA: Ce n’est pas la première fois que toi et N Nao collaborez ensemble. De quelle manière cette histoire créatrice est-elle née entre vous deux?

JV: En 2016, je faisais partie d’une venue DIY/espace communautaire à Montréal, nommé La Plante, dans lequel je vivais / organisais énormément d’évènements. N NAO faisait partie d’une soirée de poésie nouvelle avec le thème de l’érotisme, nommé/organisé par le collectif Redéfinir l’Érotisme, et a fait une lecture de ses propres poèmes, mais en utilisant ses pédales à effets pour faire des loops, pitch/reverse, des bruitages, des harmonies avec les samples d’elle-même… Ce n’était techniquement pas une performance « musicale », mais ça a touché ma sensibilité sonore et m’a profondément marqué. Je travaillais encore sur Selfless à l’époque, je commençais tout juste à m’intéresser à la performance vocale et les concepts autour de la voix qui amènerait ensuite à la création de Mise en Abyme.

Ma curiosité était déclenchée, et après avoir vu ce que sa prestation musicale donnait, je ne pouvais m’empêcher d’essayer de voir le plus de performances de N NAO que possibles. C’en est venu au point où c’était plus facile de l’inclure moi-même constamment dans mes propres évènements, ou même ceux de mes amis qui voulaient des suggestions pour leurs concerts. Que ce soit solo, duo ou en groupe; dans un loft avec 10 personnes, une salle remplie ou dans l’Église St-Édouard; avec des samples, acoustique ou simplement la voix, le résultat était toujours pareil : hypnose complète, une expérience absolument transcendante, et une performance vocale hors-norme… Je ne pense pas qu’aucun autre artiste ne m’a fait autant apprécier la langue française, sauf Jacques Brel.

Après deux ans d’amitié, des shows et de line-ups partagés ensemble, et avec la décision de conceptualiser un nouvel album autour de la voix, je me dis qu’il serait peut-être le moment idéal de trouver le courage de demander si ça intéresse Naomie de travailler sur une collaboration musicale…

LCA: Quel a été le point de départ de la création de Je vois / Non-dit?

On commence donc avec le morceau Non-Dit qui a été le début de notre collaboration hors live, et notre premier « vrai » morceau ensemble. On a enregistré une longue session avec Naomie au chant et avec ses pédales de choix en décembre 2017, dans l’appartement où de nombreux drames m’étaient arrivés dans les mois précédents, et qui était absolument vide à ce moment-là, puisque je le quittais le lendemain pour rentrer en France / déménager à mon retour. C’était une sorte de rituel purificatoire, pour être honnête… Un 5-6 minutes de choix devient le morceau Non-Dit pour mon album Mise en Abyme. Un autre morceau, Objet Impossible, apparaît sur un 7″ discret et le reste dans un « sample pack » pour Everyday Ago, mais ensuite re-exploré pour la création de Nature morte, notre premier album collaboratif, sorti le 22 octobre.

Je Vois est né ensuite à l’occasion d’une performance de N NAO pour un show Everyday Ago, au Café Velours en septembre 2018 – anciennement tenu par les membres de Redéfinir l’Érotisme, avant un changement de propriétaire et peu après, la fermeture du lieu. Naomie pour son set, préfère se contenter des amplis pour sa guitare, et donc seulement son chant / micro passait dans mon mixeur, ce qui fait qu’après l’événement, j’avais entre les mains un enregistrement entier “a-capella” de Naomie provenant de la console. En me rendant compte de ça et à partir de la performance de son morceau La plus belle chose dans l’enregistrement, j’ai découpé 4 boucles de voix (je vois) afin de les expérimenter pour mon nouveau set-up live.

Le résultat est une pièce qui a débuté presque toutes mes performances en solo, pendant presque 2 ans… On est enfin arrivé full circle lors des deux performances duos qui font le sujet de ce single, où l’on joue même la version originale/morceau de base de N NAO – à l’Église St-Edouard le 16 juin 2019 pour le festival Suoni Per Il Popolo où l’on était joint par le flûtiste Eddie Wagner, et le show de lancement pour Mise en Abyme le 5 octobre 2019 à la Casa Del Popolo.

LCA: Est-ce que ce sont les mots ou la musique qui est venue en premier?

JV: Les deux sont un peu la même chose, non ? Hehe. La voix de Naomie est la base principale, je dirais, de manière générale pour nos collaborations, mais la création de notre musique n’est pas vraiment linéaire. Je suppose. Les deux morceaux ont eu tellement de transformations/variantes et différents contextes… Pour Non-Dit, la source initiale est la session vocale dans mon appartement et pour Je Vois, il s’agit de son morceau La plus belle chose et plus particulièrement les paroles / 4 loops de voix qui proviennent de l’enregistrement live au Café Velours. Il reste à savoir si, dans son processus créatif, les paroles viennent avant la musique, après ou même simultanément !

LCA: Est-ce que la chanson est un peu la continuité de vos expérimentations sur Nature morte?

JV: Il s’agirait plutôt d’un prologue/prélude à Nature Morte, un testament de nos performances live ensemble en 2019 et de notre parcours, avant l’intention d’être un projet duo. L’idée d’un album collaboratif est venue ensuite, au début 2020 lorsque le label Laaps souhaitait sortir un album Joni Void à l’automne. Étant donné que le label se définit en tant que « cadavre exquis », avec des concepts d’associations d’artistes entre les sorties et pour les visuels; puis ayant aussi tellement de matériel enregistré avec N NAO et que mes deux seules performances de Joni Void en 2020 étant avec elle, je me disais qu’il serait probablement plus logique et facile de créer un album ensemble, plutôt qu’en solo. Il a seulement fallu deux sessions d’enregistrements à l’occasion, pour se rendre compte qu’on pouvait définitivement faire plus qu’un album ensemble — présentement nous en avons 4 autres à venir…

LCA: Est-ce que vous aviez décidé à l’avance de faire une forme longue où c’est simplement ce qui est arrivé lorsque vous étiez en train de la créer / l’écrire?

JV : L’intention initiale était en fait de faire une sortie vinyle 10″, avec Je Vois sur la Face A et une version ambient/beatless de Non-Dit pour la Face B comme étant notre première sortie en duo, bien avant la création de Nature Morte. Au final, on a décidé de prioriser la sortie vinyle pour du matériel solo de N NAO à place (à noter, pour un futur proche !), et par coïncidence, Constellation Records m’a contacté peu de temps ensuite avec leur idée de faire une série de singles audiovisuels, donc on a pu trouver une autre utilisation pour le concept des deux morceaux collaboratifs, mais aussi faire un montage de nos performances live, au lieu d’avoir des versions studio.

Puisque Constellation souhaitait un contenu visuel pour aller avec le simple, il était naturel que l’on collabore avec Sonya Stefan, artiste vidéo avec qui avait précédemment réalisé notre vidéo pour Non-Dit, et pour d’autres projets Joni Void. De manière similaire à la réexploration d’enregistrements/matériel live avec N NAO, la vidéo est un montage de pratiques/tests lorsque Sonya et moi préparions notre performance audiovisuelle à la 20e édition du festival MUTEK, où Je Vois était bien évidemment inclus dans la setlist et où Eddie Wagner a encore rejoint à la flûte. Encore un full circle : utiliser des images de l’année dernière, qui sont aussi en lien avec le vidéo-clip pour la version album de Non-Dit. Pour le visuel, il s’agit de techniques partagées avec Sonya : des verres d’eau et cristaux posés sur une platine vinyle et devant des projections 16mm, du feedback vidéo et mise en abyme littérale à partir d’un feed caméra, des gélatines de couleurs placées sur l’objectif…. afin de créer une sorte de vortex abstrait, sensuel et psychédélique. 

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.