Actualités

Oliver Sim de The XX annonce un premier album solo pour septembre 2022

Hideous Bastard, prévu pour le 9 septembre, officialisera l’aventure solo pour Oliver Sim (The XX). Du même souffle, ce dernier présente l’extrait Hideous.

Pour son premier album, Oliver Sim a décidé de rester dans la famille. C’est pourquoi c’est Jamie XX, avec qui il fait partie du groupe The XX, qui produit Hideous Bastard. Ce premier album pour Oliver Sim représente deux ans d’écriture et d’enregistrement. Il s’est inspiré de son amour pour les films d’horreur et de ce qui le touche lui personnellement, comme la honte, la peur et la masculinité, pour le composer.

Pour l’extrait Hideous, Oliver Sim est allé demander le soutien de Jimmy Somerville aux chœurs. Ce dernier est, en quelque sorte, le héros de toujours et un ange gardien pour Oliver Sim, apprend-on par voie de communiqué. Dans le morceau, l’auteur-compositeur-interprète, bassiste et chanteur de The XX avoue pour la première fois publiquement vivre avec le VIH depuis l’âge de 17 ans.

Le choix de Jimmy Somerville est venu facilement à Oliver Sim. « Je savais que pour Hideous je voulais qu’un ange gardien apparaisse dans la chanson et qu’il me chante les mots que j’avais besoin d’entendre », explique-t-il. « Non seulement Jimmy a été une voix puissante dans le domaine du VIH et du sida pendant des années, mais il chante littéralement comme un ange. Je l’ai contacté en tant que fan fini, et je le considère maintenant comme un bon ami. Il m’a encouragé à faire la chanson pour moi-même. […] Et, plus important encore, il m’a rappelé de ne pas me prendre trop au sérieux, que rien de bon n’en sort », continue-t-il.

Rapidement, dans le processus de créer mon album, Hideous Bastard, j’ai réalisé que j’écrivais beaucoup à propos de la peur et de la honte. J’imagine que ça pourrait donner l’image d’un album sombre, aux allures de « malheur », mais ces dernières années je suis devenu fermement convaincu que le meilleur antidote à ces sentiments est de les faire remonter à la surface et de les mettre en lumière.

Je n’ai pas écrit un album pour m’apitoyer, mais plutôt pour me libérer d’une partie de la honte et de la peur que j’ai ressenties pendant longtemps. Ainsi, j’entends une grande partie de la musique comme étant joyeuse, car l’expérience d’écrire et d’enregistrer cet album a été tout le contraire de ce que la peur et la honte ont été pour moi.

Aux deux tiers de l’album, alors que j’avais une bonne idée de son contenu, j’ai réalisé que j’avais tourné autour d’une des choses qui m’a probablement causé le plus de peur et de honte. Ma séropositivité. Je vis avec le VIH depuis l’âge de 17 ans et ça a joué sur la manière dont je me suis senti et dont j’ai supposé que les autres se sont sentis à mon égard, à partir de cet âge et pendant ma vie d’adulte.

Alors, assez impulsivement, j’ai écrit sur ce sujet dans une chanson intitulée Hideous. […] Après avoir fait écouter la chanson à ma mère, qui est la mère protectrice et sage qu’elle est, elle m’a donné le meilleur conseil que je n’ai jamais reçu. Elle m’a conseillé que je prenne le temps de discuter avec les gens de ma vie. Soit des gens à qui je ne l’ai pas encore dit, ou des gens à qui je l’ai dit, mais avec qui je n’en ai pas parlé davantage. Depuis que j’ai écrit Hideous, j’ai passé les deux dernières années à avoir ces discussions, qui ont été difficiles et inconfortables au départ, mais qui m’ont permis de me sentir plus libre et qui ont renforcé ma relation avec moi-même et avec les gens dans ma vie.

Oliver Sim sur sa chanson Hideous

Hideous Bastard:
1. Hideous
2. Romance With a Memory
3. Sensitive Child
4. Never Here
5. Unreliable Narrator
6. Saccharine
7. Confident Man
8. GMT
9. Fruit
10. Run the Credits

Crédit photo: Page Facebook de l'artiste