Actualités

Florent Vollant et son fils demandent au CRTC de faire une place aux artistes autochtones

Les producteurs du studio Makusham à Maliotenam, Florent Vollant et Mathieu McKenzie, veulent rencontrer le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) pour obtenir des quotas de musique autochtone dans les radios canadiennes.

 « On veut aller les rencontrer et déposer notre mémoire. On veut leur demander de nous donner une place, un certain pourcentage de musique autochtone dans les radios », explique Mathieu McKenzie en entrevue au Devoir. Si les producteurs n’ont pas une idée précise du pourcentage qu’ils demanderont, le fils de Florent Vollant indique que « [Environ] 5 % de musique autochtone, ce serait correct. Les anglophones et les francophones se battent eux aussi pour leurs quotas. »

De plus, la langue ne leur importe pas dans ces quotas. L’importance est davantage mise sur l’origine que sur la langue dans laquelle chantent les artistes autochtones. Peu importe la langue dans laquelle ils chantent, tant qu’il s’agit de créateurs autochtones, ils seront comptés dans les quotas (Le Devoir). Dans la même optique, n’importe quelle avancée est la bienvenue. « Citant son père, le musicien Florent Vollant, Mathieu McKenzie affirme que même une musique autochtone programmée « entre une heure et quatre heures du matin » serait un avancement. » (Le Devoir)

À noter que la musique de Florent Vollant avait été bannie des ondes radiophoniques suite à la crise d’Oka (Le Devoir).

Un contexte propice à ces demandes

Le tout survient quelques jours après que le rappeur Samian ait indiqué avoir été exclu du Festival international de la chanson de Granby en raison de la langue anishinaabemowin. Simultanément, le concours-vitrine Les Francouvertes, dont le coup d’envoi était lancé le 07 mars 2022, présentera deux artistes d’origine innus dans sa 26e édition.

Le groupe NINAN, mené par Frederick Cluney, sera de la première soirée des préliminaires, le 14 mars 2022. La formation a d’ailleurs enregistré leur premier album, Innu Auass, au studio de Florent Vollant. Le second, Dan-Georges McKenzie, clora les festivités le dernier soir des préliminaires le 30 mars 2022. Ce ne sera pas la première fois qu’il foulera les planches du Lion d’Or dans le cadre des Francouvertes. L’an dernier, le festival avait mis sur pied la série Skátne. Cette dernière remplaçait la série J’aime mes exs, qui mettait de l’avant des anciens participants des Francouvertes pour ouvrir les soirées des préliminaires et des demi-finales. Skátne visait à mettre en lumière les artistes autochtones d’ici.

S’en est suivi une réflexion qui a permis l’ouverture du concours aux artistes autochtones, qui pourront chanter dans leur langue ou en français. En entrevue avec Le Devoir, la directrice des Francouvertes, Sylvie Courtemanche, explique cette décision ainsi : « On trouvait qu’on était rendus là. Les langues autochtones sont elles aussi menacées. Et nous, on ne sentait pas qu’entendre des langues autochtones constituait une menace dans l’espace qu’on veut créer pour la chanson francophone. »

Crédit photo: Capture d'écran studio Makusham sur laquelle on voit Florent Vollant