Actualités

Les albums à surveiller en mars 2020

La saison des sorties se poursuit et plusieurs titres retiennent notre attention dans ce mois bien varié.

Jonathan Wilson — Dixie Blur (6 mars)

Nous serons toujours en dette envers Jonathan Wilson pour avoir été l’homme qui a réalisé l’excellent I Love You, Honeybear de Father John Misty. Le musicien nous a gratifiés de quelques bons disques dans les dernières années. Voici que sur Dixie Blur, il se lance en mode country. Est-ce que cet essai sera réussi? Seul le temps nous le dira.

Pantha Du Prince — Conference of Trees (6 mars)

Il y a bien quatre ans, depuis The Triad, que Pantha Du Prince n’a pas présenté un nouvel album en bonne et due forme. Le compositeur de musique électronique allemand a commencé sa création en se demandant : « quel est le son des arbres qui communiquent entre eux? » Il s’est donc attardé à des instruments en bois pour créer les pièces de Conference of Trees comme le xylophone et bien d’autres.

U.S. Girls — Heavy Light (6 mars)

Meg Remy avait tendance à créer des personnages pour les chansons de U.S. Girls. Voici que la jeune femme a décidé de faire un album plus personnel sur Heavy Light. Elle a retourné le projecteur vers elle et a pondu des textes introspectifs qui abordent une panoplie de sujets, dont l’amitié, l’alcoolisme, la frénésie de l’argent et de nombreux autres. In A Poem Unlimited et Half Free sont deux disques qui ont été célébrés. En sera-t-il de même pour Heavy Light?

Mille Milles — Mille Milles (13 mars)

Nous connaissons Vincent Legault en tant que membre de Dear Criminals,  comme ancien membre de Random Recipe et comme musicien accompagnateur doté d’une bonne réputation. Ici, il se lance dans le vide en mode solo avec Mille Milles, un projet qui allie la littérature et la musique. La collaboratrice principale du projet est Évelyne de la Chenelière qui signe quelques textes. On en sait encore très peu, mais c’est prometteur!

Porridge Radio — Every Bad (13 mars)

Ce premier album de Porridge Radio est attendu avec impatience. Le jeune quatuor anglais fait le pont entre le rock alternatif des années 90 et le punk anglais abrasif contemporain « à la IDLES ». C’est une décharge de sensibilité adolescente qui s’en vient. Dana Margolin a une dégaine intéressante et elle ne semble pas prête à faire de concessions. C’est exactement pour ça que c’est aussi intéressant. Préparez-vous parce que ça va brasser!

Pages 1 | 2

Exprimez-vous!





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.