Actualités

Les albums à surveiller en juin 2022

Avec les festivals qui vont prendre beaucoup de place en juin, il semble que la scène locale se fait plus discrète.

Angel Olsen — Big Time (3 juin)

C’est le deuil et un amour nouveau qui ont donné la vision claire de l’album à Angel Olsen. Menée par ce moment de choc où deux sentiments conflictuels se rencontrent, elle a forgé un sixième album. On y retrouve le country toujours très présent dans sa discographie et peut-être une approche un peu plus classique et moins orchestrale que sur ses derniers. Ça promet!

Horsegirl — Versions of Modern Performance (3 juin)

Horsegirl s’inscrit dans la même lignée d’autres groupes qui abordent le rock alternatif « grungé » avec une approche contemporaine. On pourrait aisément tirer des parallèles avec Speedy Ortiz, Bartees Strange et Porridge Radio. On y retrouve un fuzz chaud et enveloppant qui accompagne à merveille la voix de Penelope Lowenstein.

Sheenah Ko — Future Is Now (3 juin)

Sheenah Ko est connue comme claviériste du groupe The Besnard Lakes depuis plusieurs années. L’autrice-compositrice-interprète est hyperactive depuis quelques années et joue avec une bonne partie de la scène musicale. Elle fait partie des rares musiciennes à se débrouiller aussi bien dans la scène anglophone que francophone de la métropole. Elle lancera son deuxième album solo en juin!

Clay and Friends — AGUÀ EXTEND’EAU (10 juin)

Ça fait un bail qu’il est attendu. Clay and Friends présentera son premier album AGUÀ EXTEND’EAU le 10 juin prochain. On y retrouve de nombreux simples parus au cours des derniers mois dont, Bouge ton thang et Ce n’est que de l’eau à laquelle collabore Louis-Jean Cormier. Ce n’est pas le seul artiste à participer à l’album : Marilyne Léonard, Mantisse et Comment Debord y sont aussi!

Yoo Doo Right — A Murmur, Boundless to the East (10 juin)

Deuxième album pour la formation de post-rock instrumental Yoo Doo Right. Pour celui-ci, le groupe s’est réfugié au Hotel2Tango pour enregistrer en compagnie de Radwan Ghazi Moumneh (Jerusalem in my Heart). Le résultat est un 45 minutes de rock expérimental où les mélodies ont une place de choix et les atmosphères sont généralement planantes.

Pages 1 | 2