Tori Amos - Unrepentant Geraldines - Le Canal Auditif

Tori Amos – Unrepentant Geraldines

exclusive-tori-amos-unrepentant-geraldines-cover-art__oPtLe temps est une étoile filante! Cette semaine, l’auteure-compositrice américaine et pianiste Tori Amos met sur le marché sa quatorzième offrande titrée Unrepentant Geraldines. Quand on sait que le légendaire Little Earthquakes avait été catapulté en 1992, disons, que ça ne rajeunit pas l’auteur de ces lignes. Au cours des dernières années, Tori Amos s’était tourné vers un univers musical incorporant des éléments issus de la musique classique. Depuis 2009, la dame a accentué une profonde réflexion sur la pratique de son art chansonnier.

Quel est le résultat concret de ce questionnement? L’artiste nous propose un retour au pop et au petit penchant dit «alternatif» qu’elle présentait au début de sa carrière. Enregistré et mixé au studio personnel d’Amos, avec l’aide de son mari et ingénieur de son Britannique, Mark Hawley, Tori Amos est de retour avec une approche simplifiée contenant quelques pièces piano/voix. À notre humble avis, c’est sous ce format que la créatrice est au sommet de sa forme.

Voilà un disque qui rassurera ses vieux admirateurs, mais qui ne fédérera aucun nouvel apôtre de la chanteuse. Unrepentant Geraldines est un album où l’on retrouve une musicienne en parfait contrôle de son art, en paix avec elle-même et qui laisse exprimer son indéniable talent avec éloquence et simplicité. Est-ce qu’on s’ennuie du feu des premiers rejetons? Bien sûr, mais Tori Amos, après les dures épreuves vécues, est tout à fait en droit d’exprimer une certaine sérénité/quiétude dans sa musique.

Ici, pas de concepts méandreux un brin ésotériques, Unrepentent Geraldines est une production simple et touchante. La nouvelle cinquantenaire fait le travail adéquatement, malgré l’inclination adulte/mature, un peu pépèrisante, de cette création. D’autre part, la durée de cette conception sonore frise les soixante minutes et certaines ritournelles font office de remplissage, mais ce n’est rien de bien dommageable. On fait référence à l’infantile Giant’s Rolling Pin ainsi que la mièvre/quelconque Rose Dover.

Inversement, Tori Amos soumet de superbes morceaux pianistiques frissonnants comme elle seule peut en concevoir; elle est rayonnante sur Invisible Boy, Weatherman, Maids Of Elfen-Mere, Selfie et Oysters. En outre, elle nous offre un duo prenant et opérant avec sa progéniture âgée de 13 ans, prénommée Natashya, titrée Promise. Même si l’exercice peut paraître cucu et racoleur, ça demeure étonnamment attendrissant et bien fait.

Au final, on conseille aux vieux adeptes de la chanteuse, qui l’avaient quelque peu délaissé ces derniers temps, de revenir au bercail, car vous retrouverez l’interprète que vous avez apprécié. Tori Amos n’a jamais aussi bien chanté et même si l’incandescence des premiers jets est pratiquement disparue, la songwriter réussit à tirer son épingle du jeu grâce à son éloquent talent de mélodiste. Un disque satisfaisant!

Ma note: 7/10

Tori Amos
Unrepentant Geraldines
Mercury Classics
57 minutes

www.toriamos.com

Exprimez-vous!

*