Red Fang - Whales And Leeches - Le Canal Auditif

Red Fang – Whales And Leeches

red13Fanatiques de stoner-métal, la formation Red Fang revient cette semaine avec son troisième album studio intitulé Whales And Leeches. Formé en 2005 autour de Brian Giles (chant, guitare) et de Aaron Beam (chant, basse), le quatuor résident de Portland, Oregon, est complété par David Sullivan (guitare) et par le sublime batteur John Sherman. En 2011, nos quatre fervents de houblons avaient fait paraître l’excellent Murder The Mountains; une production qui avait particulièrement plu à l’auteur de ces lignes.

La spécificité de Red Fang réside dans cette mixture de furie rock‘n roll fédératrice et cette vigueur sonore juste assez musclée pour plaire à une certaine faune de métalleux. Si Murder The Mountains permettait à ces sympathiques barbus de faire connaître leur stoner à un plus grand nombre de mélomanes, nous pouvons sans gêne affirmer que Red Fang passe à un échelon créatif supérieur avec ce Whales And Leeches.

Après un début assez générique et traditionnel dans la forme (un stoner/punk/métal diablement efficace), nos crasseux empruntent par la suite un credo plus lent rythmiquement parlant, vocalement plus inquiétant, et change son plan de match habituel afin de nous présenter une facture sonore plus poussée et singulière, tout demeurant merveilleusement lourd et abrasif!

Red Fang évolue sans perdre une seule once de son impact coutumier. Il ajoute à son arsenal, des claviers narcotiques issus des seventies, des rythmes lourdauds sludge/doom métal et des mélodies rassembleuses détenant parfois quelques inflexions vocales rappelant la bonne vieille époque de Maiden ou encore de Sabbath (voire Dawn Rising). De plus, la réalisation de Chris Funk (The Decemberists) attribue au son du groupe une pesanteur, une animosité et une sauvagerie inégalée.

Retentissant, percutant, spontané, Red Fang produit un Whales And Leeches qui surpasse les attentes et permettra au groupe d’élargir son bassin d’admirateurs… ce réservoir qui avait déjà pris de l’expansion en 2011, entre autres, grâce à cette tournée en compagnie de Mastodon et The Dillinger Escape Plan. Fidèle à leur habitude, Red Fang donnera tout son sens à ce Whales And Leeches en concert; un album totalement conçu pour le «live»!

Ce brûlot contient exclusivement des ritournelles décapantes de luxe. Ça débute avec quatre coups de matraque en plein visage: la sabbathienne vitaminée DOEN, la mélodie enfiévrant Blood Like Cream, le stoner aux allures un peu punk titrée No Hope de même que les claviers diaboliques animant Crows In Swine. Ça se transmute en une lente brutalité avec la fédératrice poing fermée Voices Of The Dead, la locomotive Behind The Light, la pesante et ténébreuse Dawn Rising ainsi que la marche funèbre nommée Failure. Ça se conclut dans l’apothéose avec les sublimes guitares dissonantes dans 1516, la voix criarde dans This Animal et ce riff rock opérant/jouissif qui soulève Every Little Twist.

Une autre parution de grande classe pour Red Fang et qui ne laisse aucun répit à l’amateur de rock abrasif. Sans aucun doute, ce Whales And Leeches constitue jusqu’à maintenant notre dessuintage d’oreilles de l’année en ce qui nous concerne. Ouvrez-vous une petite froide, balancez sans aucune gêne vos têtes (qu’elles soient chevelues ou non), montez le volume à fond, les quatre salopards de Portland touchent encore la cible de plein fouet! Fracassant!

Ma note : 8/10

Red Fang
Whales And Leeches
Relapse Records
43 minutes

www.redfang.net

Exprimez-vous!

*