Pierre Lapointe - Punkt - Le Canal Auditif

Pierre Lapointe – Punkt

Pierre-Lapointe-PunktC’est par une intro digne d’une émission jeunesse que s’ouvre le nouvel album de Pierre Lapointe, Punkt. Cela donne à croire que le reste de l’opus de celui qui nous a habitués à la noirceur des Sentiments humains fera dans la jouissance et la gaieté, si l’on peut se permettre cette tournure de phrase de mauvais goût. Eh bien, au final des écoutes des seize chansons, on peut dire que le chanteur axe en effet de grands moments sur le bonheur d’être, mais il garde encore une belle place, celle de choix selon nous, aux tourments intérieurs.

Mais avant d’arriver aux très grandes chansons que sont Barbara, Les ministères et La date, l’heure, le moment, toutes trois décalées vers la fin de l’album, Pierre Lapointe offre une partouse toute sexuelle sur près de la moitié des chansons entendues. Il fait du sexe sa pierre angulaire sur ce Punkt.

Avertissement aux chastes oreilles, donc. Le chanteur aborde, dans un langage direct et cru, l’amour oral (« Je ne pense qu’à te revoir / Nu / À genoux devant moi », sur Nu devant moi), la sodomie (« Les enfants du diable / Par des jours agréables / Gorgent leurs verges de sang / Et s’enculent en chantant », sur Les Enfants du diable) et la pénétration (« Pénétrer autrui / Le jour la nuit / En faisant l’amour / C’est bien mieux de faire l’amour » sur l’excellente La sexualité). Une ambiance à l’opposée de Seul au piano, son disque précédant.

Oui, Punkt est un album qui sent – et sonne – le sexe dans tous ses états. Et Pierre Lapointe n’utilise aucunement les détours habituels de la rhétorique pour aborder ce thème si « chair » à sa personne. C’est direct. C’est imagé. C’est cru. Aux nombreuses écoutes, ce sont toutefois les chansons où la musique prend les devants sur les textes que l’on garde en tête. Ce qui est plutôt rare, disons-le, dans l’univers de Lapointe.

Ainsi, on aime énormément le son électro venant briser le tempo imposé par la batterie sur la chanson Barbara, les changements de temps, les chœurs féminins et la batterie (encore!) de ce que l’on considère être la meilleure composition de ce disque, Les ministères. Finalement, on apprécie grandement la musique d’orgue d’église et la noirceur qui se dégage de La date, l’heure, le moment.

Tirant dans de nombreuses directions, ce Punkt se veut un disque complet et ouvert, où l’on retrouve du cabaret, des balades dramatiques, des envolées lyriques, des chorales en puissance et de l’électro-pop bien rendue. C’est peut-être, justement, un peu trop pour un même disque…

Ma note : 6,5/10

Pierre Lapointe
Punkt
Audiogram
42 minutes

www.pierrelapointe.com

Exprimez-vous!

*